1er mai MR: les classes moyennes célébrées, Paul Magnette dénoncé

Willy Borsus, ici à gauche sur l'image, n'a cairement pas apprécié le discours de Paul Magnette - 1er mai MR: les classes moyennes célébrées, Paul Magnette dénoncé
2 images
Willy Borsus, ici à gauche sur l'image, n'a cairement pas apprécié le discours de Paul Magnette - 1er mai MR: les classes moyennes célébrées, Paul Magnette dénoncé - © Belga

Les indépendants, les classes moyennes et les PME ont été les vedettes du 1er mai du MR à Jodoigne où, pour la première fois, un représentant de l'Union des Classes Moyennes (UCM) a pris la parole. Suite au discours de Paul Magnette à Charleroi, Willy Borsus a dénoncé "dérapage indigne du débat d'idées".

Le chef de groupe MR au parlement wallon, Willy Borsus, a dénoncé mardi le registre "presque injurieux" utilisé selon lui par le ministre socialiste Paul Magnette dans son discours de la Fête du travail, le qualifiant de "dérapage indigne du débat d'idées".

Défendant à Charleroi le caractère socialiste du 1er mai, M. Magnette avait affirmé que cette fête n'était pas "ce 1er mai de pacotille pour notables à Jodoigne", où les réformateurs avaient réuni leurs troupes.

"C'est intolérant par rapport aux classe moyennes et aux indépendants", dont le MR avait fait le thème de sa réunion, a estimé Willy Borsus. Jugeant M. Magnette "totalement à côté de la réalité", il a estimé que le socialiste carolorégien avait "nié la dimension populaire des classes moyennes" et adressé "une gifle à une réalité importante du monde du travail".

Il a rapproché le registre de parole utilisé des récentes sorties du vice-président du PS Philippe Moureaux, qui avait suscité la polémique en réagissant à un reportage de la RTBF sur l'islam en Belgique.

"Ce sont les indépendants qui travaillent le plus, qui se lèvent tôt, qui ne font pas la grève"

Le secrétaire général de l'UCM, Christophe Wambersie, a clairement placé son organisation dans le sillage du MR. Et pour renforcer encore le message, le seul membre du gouvernement à prendre la parole a été Sabine Laruelle, en charge des indépendants au gouvernement fédéral. "Ce sont les indépendants qui travaillent le plus, qui se lèvent tôt, qui ne font pas la grève quand une décision ne leur plaît pas et qui ne connaissent pas l'absentéisme", a dit Christophe Wambersie. "Nous voulons une société qui soutient et aime les indépendants et les PME et qui respecte ceux qui créent leur emploi et souvent celui des autres", a-t-il ajouté, réclamant des règles qui facilitent la vie des indépendants et leur permettent de se développer.

Les indépendants, moteurs de la relance

"Si chaque indépendant pouvait créer un emploi, il n'y aurait plus de chômeurs en Wallonie", a-t-il encore dit. La ministre Sabine Laruelle avait avant lui lancé le même message. "Notre présence au gouvernement est indispensable pour empêcher qu'on cloisonne les travailleurs", a-t-elle souligné, ajoutant qu'il fallait toujours se battre contre les clichés qui font des indépendants des fraudeurs, alors qu'ils sont "le moteur de l'économie et qu'ils seront celui de le relance". Le président Charles Michel a élargi le propos, insistant sur le fait que la Fête du travail était la fête de tous les travailleurs. Il a répété que le MR voulait encourager ceux qui travaillent, lutter contre les pièges à l'emploi et combattre la spéculation.

Après la maîtrise des finances publiques, le gouvernement doit maintenant s'attacher à mettre au point un plan de relance, a-t-il dit. Pour lui aussi, les PME doivent être "le moteur, le fer de lance" de cette relance.

Sécurité

Comme Christophe Wambersie, le président du MR a insisté sur l'importance de la sécurité, notamment pour les petits commerçants qui sont de plus en plus la cible des agresseurs qui ne s'attaquent plus aux banques et aux grandes magasins. La sécurité sera d'ailleurs un des thèmes de la campagne pour les élections communales, tout comme la qualité de vie, le développement économique, l'encouragement des jeunes et le respect des seniors. Le MR lance par ailleurs une campagne sur le thème "L'avenir ça se travaille".


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK