Le 18 mai, les garderies qui manquent de place pourront refuser certains enfants

C’est une précision qu’il vaut mieux avoir en tête avant de débarquer à l’école en espérant caser son enfant à la garderie pour la journée. Tous les enfants ne seront pas nécessairement admis. Selon les places disponibles, les écoles peuvent faire un tri et donner la priorité aux enfants dont les parents travaillent à l’extérieur.

Des murs pas extensibles

Caroline Désir (PS), ministre de l’enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles, explique ce choix : "Nous avons très clairement mis comme priorité les parents qui doivent se rendre physiquement au travail, dans un premier temps en tout cas, parce que nous ne savons pas combien d’enfants vont se présenter dans les garderies. Et comme les règles de distanciation physique recommandées par les experts sont importantes mais aussi difficiles à mettre en place, nous ne pouvons pas repousser les murs de nos locaux. Donc nous devons nous assurer que d’abord ces enfants puissent être accueillis avant d’autres enfants."

La ministre parle bien des parents qui doivent se rendre physiquement au travail, cela veut dire que les parents qui sont en télétravail à domicile ne sont pas prioritaires. Une nuance importante qui clarifie les choses, ce que demandait notamment la Ligue des familles.

Des refus possibles

Voilà qui change tout de même par rapport à ce qui était officiellement en vigueur jusqu’à maintenant. Depuis le début du confinement, les garderies sont restées ouvertes pour accueillir les enfants du personnel soignant, mais aussi tous les autres dont les parents n’avaient pas de solution de garde. A l’époque, la ministre avait confirmé qu’il n’y aurait pas de tri.

Mais depuis, le déconfinement est en marche, et ce lundi 18 mai, les écoles doivent aussi gérer la reprise des cours dans certaines classes, donc le retour d’élèves dans leurs murs. Cela complique la donne pour l’encadrement et pour la gestion de l’espace. C’est ce qui explique la mise en place d’un filtre éventuel.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


Si la ministre précise qu’il s’agit d’un dernier recours que tout le monde veut éviter, le refus pur et simple d’un enfant est possible : "Nous essayons de ne pas laisser les parents sans solution mais avec la reprise des cours plus les garderies, parfois, des écoles sont déjà saturées, donc oui, un refus est possible."

Prudence donc si vous comptez vous rendre dans l’école de vos enfants pour y trouver de la place à la garderie. Mieux vaut peut-être prendre contact avec l’école, histoire de prendre vos dispositions

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK