Laurette Onkelinx (PS) : "Le PTB ne représente pas la classe ouvrière"

Laurette Onkelinx (PS): " Le PTB ne représente pas la classe ouvrière "
Laurette Onkelinx (PS): " Le PTB ne représente pas la classe ouvrière " - © Tous droits réservés

Laurette Onkelinx était l’invitée du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 1er mai sur La Première. A l’occasion d’un nouveau premier mai confiné, elle revient avec nous sur l’état de la gauche en Belgique et sur le modèle démocrate de Joe Biden. Elle pose aussi un regard sur le travail de Frank Vandenbroucke, qui occupe aujourd’hui un poste qu’elle a bien connu…

Un nouveau 1er mai en mode covid est célébré en 2021, marqué notamment par la question des salaires qui divise férocement les ailes gauche et droite du gouvernement. Pour Laurette Onkelinx, l’augmentation du salaire minimum est un profond "combat de gauche". Mais la gauche wallonne d’aujourd’hui, n’est-elle pas de plus en plus incarnée par le PTB ?

"Le PTB est un parti qui fait de bons résultats en ce moment, mais je ne suis pas fan. Il ne représente pas la classe ouvrière, en ce sens qu’il ne la défend pas autour de la table pour avoir des avancées. C’est ça, pour moi, la tromperie : s’indigner sur le terrain, dans les piquets de grève… c’est facile, tout le monde peut le faire. Par contre, se battre pour avoir des avancées au profit de la classe ouvrière, là, ce n’est pas eux, c’est nous. Et puis nous avons une définition très différente des libertés. Moi, mon modèle, ce n’est pas la Chine."

Le succès populaire du PTB n’influence donc pas du tout la politique du Parti Socialiste ?

"Non. Pour le moment, il faut voir que les valeurs de gauche progressent. Mais le PTB c’est le ministère de la parole, ils ne font rien concrètement. A un moment donné, la baudruche se dégonflera."

Biden : l’exemple américain

Joe Biden est, aux yeux de Laurette Onkelinx, un exemple de gauche remarquable.

"Il casse absolument tous les codes : il affirme que l’État est central et investit massivement pour défendre des valeurs de gauche, comme la lutte contre les discriminations, la vaccination accessible à tous les Américains, la lutte contre les violences policières, il intervient dans la lutte contre la vente d’armes, il parle des droits humains, il reconnaît le génocide arménien, …

Joe Biden va déjà plus loin qu’Obama ! Dans tout ce qu’il fait, il agit en les justifiant par des valeurs qui sont des valeurs de gauche."

Vandenbroucke ou De Block ?

Frank Vandenbroucke divise et est particulièrement pointé du doigt par des secteurs en grande souffrance comme la culture. Laurette Onkelinx plaide pour qu’on puisse rouvrir au plus vite les lieux culturels, mais en tant qu’ancienne ministre de la Santé, elle dit comprendre les positions controversées qu’il a fermement négociées.

"Frank Vandenbroucke, il est dans son rôle. C’est le ministre de la Santé, il a cette responsabilité. Il est normal que sa priorité numéro 1 soit la Santé. Et puis c’est au gouvernement qu’on fait la balance avec d’autres types de priorités. Ce sont des compromis.

Je préfère un profil comme celui de Frank, que ce qu’on a connu avec Maggie de Block. Elle a une responsabilité dans cette crise. C’est elle qui avait dans ses attributions la santé publique, elle n’a pas renouvelé le stock de masques. Quand les médecins généralistes frappaient à la porte pour partager leurs inquiétudes, elle les a traités de drag-queen !

Je préfère un ministre de la Santé un peu sévère, qu’une personne qui a nié l’importance de la tragédie."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK