Laurette Onkelinx (PS) : "Ce sera un gouvernement de transition vers une autre Belgique"

Les négociations de la coalition Vivaldi entament leur troisième nuit, avant une déclaration gouvernementale toujours espérée pour ce jeudi… Quelques jours après la manifestation du Vlaams Belang fustigeant un "gouvernement anti-démocratique", est-ce l’exécutif de la dernière chance pour la Belgique ? Comment démontrer que notre pays peut encore fonctionner ? Pour en débattre dans CQFD : Laurette Onkelinx, ex-ministre PS et Etienne Schouppe, ex-président du CD&V.

C’est dans ces nuits qu’on trouve la magie du compromis

"C’est normal que les hommes et femmes politiques autour de la table travaillent beaucoup plus dans ces moments", observe Laurette Onkelinx, "on sait bien que l’adrénaline est là quand la ligne d’arrivée se pointe à l’horizon, la fatigue ne se ressent plus. On ne bavarde plus, on va à l’essentiel […] Ca ne me choque pas du tout qu’ils y passent plusieurs nuits, car c’est souvent dans ces moments-là qu’on trouve la magie du compromis qui fait l’essence même de la politique belge".

Etienne Schouppe rappelle que ce moment intervient 16 mois après le scrutin, durant lesquels la méfiance a été davantage présente que la confiance. "Aussi longtemps que la confiance qu’on peut réussir ensemble n’est pas établie, les partis politiques restent sur leurs positions […] Maintenant qu’il y a une confiance, qu’ils s’entendent et veulent aboutir, les présidents de partis sont prêts et savent où ils peuvent faire des concessions. Ils sont condamnés à réussir", avance l’ex-président du CD&V.

Gouvernement non majoritaire

Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement fédéral n’aura pas la majorité des deux côtés de la frontière linguistique. Le gouvernement Wilmès lui-même ne dispose pas de majorité côté francophone. Idem pour le précédent gouvernement Michel, qui a même été minoritaire des deux côtés dans sa deuxième version, quand la NVA l’a quitté fin 2018. Et avant lui, le gouvernement Di Rupo n’avait pas de majorité en Flandre.

Précisons qu’aucune règle juridique n’impose qu’un gouvernement soit majoritaire des deux côtés de la frontière linguistique. La seule qui s’impose au conseil des ministres, c’est de respecter la parité linguistique.

Si on oublie l’extrême-droite au nord et l’extrême-gauche au sud, nous sommes plus proches d’une situation 50-50

Etienne Schouppe rappelle que son parti a encouragé l’entente politique entre les deux plus grands partis, PS et N-VA. "Il est vrai qu’il y a une susceptibilité du côté nord, par rapport à la nécessité de cette majorité, mais quand on veut aboutir, cette réflexion ne peut pas être la cause d’une situation de blocage".

"Lorsqu’on fait le compte du nombre de sièges des partis qui veulent constituer ce gouvernement, si on oublie l’extrême-droite au nord et l’extrême-gauche au sud, nous sommes proches d’une situation 50-50. Je pense que si ce gouvernement parvient à prendre les choses en main et mène correctement sa barque, ça passera très vite", poursuit-il.

Un gouvernement de transition vers une autre Belgique et un autre fédéralisme

"Moi je suis heureuse que les négociateurs puissent accoucher d’un accord, on en a besoin, on vit une crise économique profonde, des dizaines de milliers d’emplois sont menacés, on a besoin d’un gouvernement fort avec une relance et une transition environnementale", ajoute Laurette Onkelinx.

"Mais on vit une situation difficile en Belgique, il ne faut pas se voiler la face, il faut de plus en plus de temps pour former un gouvernement, et puis on voit ce qui se passe en Flandre, avec non seulement la N-VA mais aussi le Vlaams Belang, qui représente 18 sièges à la chambre. Je crois que ce gouvernement va faire du bon boulot, mais que ce sera un gouvernement de transition vers quelque chose d’autre qui secouera probablement les institutions belges", conclut l’ancienne ministre socialiste.

Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h35 sur La Trois. L’entièreté du débat à revoir ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK