Laurent Louis renvoyé en correctionnelle

Laurent Louis renvoyé en correctionnelle
Laurent Louis renvoyé en correctionnelle - © Tous droits réservés

La chambre du conseil de Bruxelles a rendu son ordonnance, mardi après-midi, concernant le député Laurent Louis. Le juge a décidé de renvoyer celui-ci devant le juge du fond. Ce député indépendant devra donc répondre, devant le tribunal correctionnel, d'outrage à l'égard du Premier ministre, de calomnie à l'égard d'un journaliste et de recel de pièces du dossier Dutroux. Le député indépendant avait demandé à l'occasion de sa comparution devant la chambre du conseil de Bruxelles que l'enquête sur les réseaux de pédophilie en Belgique soit rouverte.

Laurent Louis doit répondre d'outrage à l'égard du Premier ministre, de calomnie à l'égard d'un journaliste et de recel de pièces du dossier Dutroux.

Le parquet général avait demandé à la Chambre des représentants de lever son immunité parlementaire. Elle a été levée en décembre dernier.

L'ordonnance de la chambre du conseil de Bruxelles n'a pas tardé à être rendue, quelques heures seulement après les débats de mardi matin.

La chambre du conseil a décidé ce mardi du renvoi en correctionnelle de Laurent Louis, annonce Philippe De Camps de l'agence Belga.

L'avocat de ce dernier, Me Sébastien Courtoy, ne s'y était pas opposé, précisant qu'il se défendrait devant le juge du fond. Il a précisé qu'il invoquerait notamment l'incompétence du tribunal. Les propos litigieux tenus par son client ayant été tenus par voie de presse, il s'agit donc d'un délit de presse, compétence de la cour d'assises, selon Me Courtoy.

Laurent Louis a déclaré mardi que la lettre envoyée récemment par Marc Dutroux à Jean-Denis Lejeune, père de la petite Julie, victime de Marc Dutroux, contenait des éléments importants.

"Tout n'est pas intéressant, mais il mentionne des éléments et des noms qui devraient permettre de rouvrir l'enquête sur les réseaux pédophiles", a insisté le député, à l'issue de l'audience devant la chambre du conseil de Bruxelles.

"C'est clair que la lettre contient beaucoup de charabia et de manipulations d'un dangereux psychopathe, mais tout n'est pas à jeter", a-t-il encore dit. "Dutroux mentionne des noms de hauts lieux du pouvoir et mentionne notamment l'ancien président du PS Thierry Giet, récemment nommé juge à la cour constitutionnelle, comme proches de réseaux pédophiles. Cela devrait être suffisant pour rouvrir l'enquête sur ces réseaux qu'on a évoqués quand l'affaire Dutroux a éclaté en 1996", a déclaré l'homme politique.

On se souvient de cette conférence de presse datant d'avril 2012, conférence de presse au cours de laquelle il avait dénoncé l'existence de réseaux pédophiles et montré deux photos provenant du rapport d'autopsie de Julie et Melissa.

Sur un plan plus politique, Laurent Louis, qui a beaucoup changé de parti depuis son élection en 2010, s'est dernièrement fait remarquer en faisant la quenelle, chère à Dieudonné, à la tribune du Parlement.

Internement ou correctionnel

La partie civile, le journaliste Marc Metdepenningen, a plaidé l'internement du député. Le parquet a quant à lui demandé le renvoi de Laurent Louis devant le tribunal correctionnel.

"Laurent Louis m'accuse d'avoir protégé pendant de nombreuses années des pédophiles et il a utilisé toutes les voies de communication possibles pour propager cela", a expliqué le journaliste du Soir. "Cela signifie que je suis harcelé presque tous les jours par téléphone et par email. Je reçois des menaces. Monsieur Louis doit arrêter cela. C'est un non-sens. J'ai demandé qu'il soit interné", a-t-il déclaré.

Le ministère public, lui, souhaitait le renvoi de Laurent Louis en correctionnelle, et la défense de ce dernier, Me Sébastien Courtoy, a confié qu'il plaiderait l'acquittement de son client devant le juge du fond. "J'invoquerai notamment l'incompétence du tribunal. Certains propos de mon client ont été prononcés par voie de presse, il s'agit donc de délit de presse, relevant des assises. Mais il est en tout cas grotesque d'insinuer que mon client est fou et qu'il est un danger pour la société", a expliqué l'avocat. "Quant aux photos des autopsies de Julie et Mélissa que Laurent Louis a montrées lors d'une conférence de presse, je rappelle que ces pièces avaient déjà été dévoilées lors du procès de Marc Dutroux aux assises d'Arlon. Le contenu de l'enquête et des expertises avaient déjà été rapporté dans la presse", a ajouté Me Courtoy.

Belga et Marc Sirlereau

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK