La Wallonie veut rendre obligatoire le don des invendus alimentaires

La mesure pourrait donner un grand coup d'accélérateur aux banques alimentaires... jusqu'à les dépasser, craint Comeos.
La mesure pourrait donner un grand coup d'accélérateur aux banques alimentaires... jusqu'à les dépasser, craint Comeos. - © JEAN-PHILIPPE KSIAZEK - BELGAIMAGE

Plus question qu'ils finissent à la poubelle, direction le digesteur à biogaz : les invendus alimentaires de la grande distribution devront à présent systématiquement être proposés au préalable à une association. C'est une décision de la commission de l'Environnement du parlement wallon, prise ce vendredi à l'unanimité moins l'abstention du MR. Une décision jugée contre-productive par le secteur de la grande distribution.

Actuellement, les dons reposent sur une démarche volontaire. La récente suppression de la TVA sur les dons alimentaires encourageait déjà la grande distribution à préférer distribuer plutôt que détruire les invendus alimentaires. Plus de 1800 tonnes de nourriture ont été données aux banques alimentaires l'an dernier, soit 28% de plus qu'en 2012.

Pour les grands surfaces de plus de 1000 mètres carrés, la proposition de décret veut rendre contraignante cette démarche volontaire. Isabelle Simonis, présidente du groupe des socialistes à la Région wallonne : "On prévoit, parmi les obligations sectorielles, l'obligation de mettre les invendus à disposition d'une association caritative. Cette proposition de décret sera votée en séance plénière. Le gouvernement prendra alors un arrêté sur les modalités d'application de cette proposition de décret."

"Une mauvaise idée", selon Dominique Michel, administrateur de Comeos, la fédération du commerce et des services : "La proposition du gouvernement wallon ne vise que les grandes surfaces qui sont justement celles qui donnent. Aujourd'hui le gaspillage est en effet dans les petits magasins, les petites surfaces, et c'est là qu'il faut travailler, avec notamment l'aide des CPAS.

Comeos doute aussi de la capacité d'absorption des associations caritatives et de la faisabilité logistique de cette proposition de décret, jugée électoraliste.

Catherine Tonero

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK