La Wallonie réduit la voilure dans l'éolien, pas dans le renouvelable

Moins d'éoliennes mais mieux placées, a décidé le gouvernement wallon
Moins d'éoliennes mais mieux placées, a décidé le gouvernement wallon - © AFP PHOTO / Pedro ARMESTRE

Le territoire wallon susceptible d'accueillir de nouvelles éoliennes sera réduit de 15 000 hectares et l'objectif de 4500 GW/h d'énergie éolienne d'ici 2020 passera à 3800 GW/h, a-t-on appris à l'issue d'une réunion du comité restreint des ministres wallons.

Cette réduction des ambitions wallonnes sur l'éolien devrait être compensée par un recours plus important à la biomasse et au photovoltaïque, afin de respecter l'engagement pris vis-à-vis de l'Europe d'atteindre 8000 GW/h d'énergie renouvelable d'ici 2020, a-t-on appris de source gouvernementale.

Cette réorientation de la politique éolienne en Wallonie fait suite à une étude d'incidence et à la consultation des communes qui avaient émis de nombreuses remarques au projet de cartographie et de cadre éolien avancé en février dernier.

Le ministre de l'Aménagement du territoire Philippe Henry (Ecolo) avait affirmé qu'il tiendrait compte de ces remarques, avant que son collègue des Travaux publics Carlo Di Antonio (cdH) ne fasse le forcing sur le développement des petites éoliennes le long des autoroutes.

Ce projet, favorable financièrement à la Sofico qui entretient le réseau autoroutier wallon, combinerait l'implantation de 180 mâts de grandes éoliennes et l'installation de 1500 poteaux multifonctionnels (éolienne, éclairage, signalisation) par an pendant 20 ans sur le réseau autoroutier, soit un horizon dépassant de loin l'échéance de 2020.

Décisions de principe

Les tensions internes au gouvernement ont abouti jeudi à plusieurs décisions de principe par le comité restreint des ministres wallons, associant le ministre-président et les vice-présidents du gouvernement.

L'un de ceux-ci, le ministre de l'Energie Jean-Marc Nollet (Ecolo), rédigera une "note faîtière" sur la trajectoire à suivre filière par filière pour assurer le soutien aux sources d'énergies renouvelables. Il fixera un objectif de 8000 GWh à l'horizon 2020 tout en étudiant les perspectives à l'horizon 2030.

Sur base d'une note de MM. Nollet et Henry, le cadre de référence pour le "grand éolien" fera passer de 450 à 600 mètres la distance minimale entre les zones d'habitations et les éoliennes.

C'est cette décision qui entraîne l'abandon de 15 000 ha de terrains susceptibles d'accueillir des grands mâts (le territoire concerné passant de 3,5% à 2,5% de l'ensemble du territoire wallon). Le développement du grand éolien se fera en priorité sur les lots à proximité des autoroutes, comme en avait convenu le gouvernement de longue date.

Enfin, le développement du "petit éolien" cher à Carlo Di Antonio a été confié à une "task force" associant ce dernier et M. Nollet, ainsi que les vice-présidents André Antoine (cdH) pour la Formation et Jean-Claude Marcourt (PS) pour l'Economie.

Les deux premiers étudieront la faisabilité de l'implantation de ces petits mâts le long des axes structurants (autoroutes notamment) et des voies navigables en vue d'une expérience-pilote. En collaboration avec les deux derniers, cette note prendra en compte les dimensions formation, innovation et filière industrielle du développement du petit éolien.

Les différentes notes gouvernementales sont attendues pour le conseil des ministres de la semaine prochaine à Namur.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK