La Wallonie, proche d'un "régime communiste" pour le gouverneur de la BNB : "des propos erronés et inquiétants", répond Di Rupo

La Wallonie, proche d’un "régime communiste" pour le gouverneur de la BNB : "des propos erronés et inquiétants", répond Di Rupo
La Wallonie, proche d’un "régime communiste" pour le gouverneur de la BNB : "des propos erronés et inquiétants", répond Di Rupo - © Tous droits réservés

Dans un entretien accordé à la revue Louvains de l’UCLouvain, le gouverneur de la Banque nationale (BNB), Pierre Wunsch, estime qu’avec 70% de dépenses publiques en 2021-2022, la Wallonie sera "plus proche d’un régime communiste que d’un régime néo-libéral". Des propos "erronés quand au fond et inquiétants en ce qu’ils émanent d’une personnalité exerçant cette fonction", a réagi mercredi après-midi, sur Twitter, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo.

"Si de tels propos ont réellement été prononcés, ils sont erronés quant au fond et inquiétants en ce qu’ils émanent d’une personnalité exerçant cette fonction. Le Gouverneur de la Banque nationale est au service de son pays, y compris des trois Régions qui le composent", écrit M. Di Rupo.

"Il n’est pas là pour porter des jugements de valeur, ni colporter des propos infondés. On attend d’un Gouverneur qu’il agisse avec sérieux, circonspection et retenue, non qu’il tienne un langage outrancier et malveillant à l’égard des institutions publiques", ajoute-t-il.


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : le déficit de la sécurité sociale dérape de plus de 10 milliards d’euros


"Aujourd’hui, on a un problème de tension institutionnelle et une structure économique dans le sud du pays qui dépend des transferts de la Flandre", déclare de son côté Pierre Wunsch dans la revue néo-louvaniste. "On est probablement à 70% de dépenses publiques en Wallonie pour 2021- 2022. Ça veut dire qu’on sera plus proche d’un régime communiste que d’un régime néo-libéral que d’aucuns décrient. Ce n’est pas une situation unique, cela existe ailleurs comme en France. Mais si on ne prend pas conscience que la structure économique n’est pas autoportante, on passe à côté d’un débat sur la restructuration de l’économie", poursuit-il.

Or, "c’est un enjeu financier non négligeable. On prévoit un déficit public de 6% pour les deux prochaines années, ce n’est pas tenable. On va devoir faire des choix car il y aura moins d’argent", conclut le gouverneur de la Banque nationale.


►►► À lire aussi : 125 métiers en pénurie en Wallonie : le jeu en vaut-il la chandelle, si je me forme, trouverais-je un emploi ?


Interrogé par la RTBF, Pierre Wunsch est revenu sur ses propos : "l’économie wallonne n’est évidemment pas une économie communiste, mais ce qui est vrai, c’est qu’à l’échelle belge, nous sommes les 3e plus élevés en termes de dépenses publiques à l’OCDE." Un "choix de société" selon lui. "Mais alors qu’on ne dise pas qu’il y a un problème de réduction de dépenses publiques, de manque de dépenses", rappelle-t-il, affirmant qu’il y a "une part substantielle" des dépenses publiques wallonnes qui viennent d’endettements ou de financements de la Flandre. Il faut donc "être prudent" et "se rendre compte qu’on atteint certaines limites."

Pour le gouverneur, c’est l’assise économique de la Région qui est trop faible. "Le niveau des dépenses publiques est assez comparable aux autres régions, mais la capacité est insuffisante, précise-t-il. On ne peut pas plaider pour plus de dépenses publiques sans s’inquiéter du financement." Surtout dans un contexte politique où les relations Nord-Sud ne sont pas toujours au beau fixe…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK