La Wallonie franchit une étape supplémentaire vers l'inéluctable disparition des provinces

La ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR)
La ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR) - © Belga

Le gouvernement wallon a approuvé en première lecture un avant-projet de décret portant sur le transfert d'une série de compétences des provinces à la Région "afin d'améliorer la lisibilité institutionnelle, de rendre plus efficace l'exercice des compétences régionales et de renforcer le soutien aux communes", a annoncé mercredi la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR). Le financement des zones de secours, l'aide à la restauration des édifices classés, la santé, l'environnement, la promotion touristique ou encore le logement sont concernés.

"C'est la première étape concrète d'un chemin qui conduira à l'inéluctable disparition de l'institution provinciale", a précisé la ministre. "Ce gouvernement avait pour mission de clarifier la situation et le transfert des compétences s'inscrit dans ce cadre. Mais si nous sommes toujours au pouvoir lors de la prochaine législature, nous porterons clairement le projet de la suppression des provinces", a-t-elle ajouté.

Transfert de compétences

Concrètement, au terme de ce transfert de compétences qui sera débattu au parlement wallon, la Région devrait octroyer elle-même aux communes les subventions destinées au financement des zones de secours alors que pour l'instant, elle verse cet argent aux provinces qui le reversent aux communes. Elle devrait également reprendre à sa charge 100% des subventions liées à la restauration des édifices classés (contre 95% actuellement) et finaliser le transfert de la compétence "logement", déjà actée par un décret de 2014. Par contre, en matière de promotion touristique, la gestion des domaines provinciaux et les actions de développement économique touristique resteront aux mains de l'institution provinciale.

"Nous devons désormais procéder à un inventaire précis de ces compétences au regard des mouvements financiers et humains - les provinces comptent près de 12.500 agents - qu'elles représentent", a poursuivi la ministre en promettant "une concertation avec tous les acteurs concernés" durant une période transitoire qui devrait durer 2 ans.

Dans l'intervalle, une série d'actions déjà entamées vont se poursuivre, dont la réduction et le rapatriement dans le giron régional des asbl provinciales, l'extinction des subventions régionales aux provinces et à leurs structures ainsi que le renforcement du rôle du gouverneur, a enfin indiqué Valérie De Bue.
 

Archives : A votre avis 11/10/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK