La Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles se fixent un horizon: 2022

L'Horizon 2022 point pour les gouvernements wallon et de la Fédération
L'Horizon 2022 point pour les gouvernements wallon et de la Fédération - © Belga

Les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles sont réunis en séminaire ces mercredi et jeudi. Les ministres se sont donné rendez-vous à Tournai avec deux gros dossiers sur la table : le Plan Marshall 2. Vert et le futur plan Horizon 2022.

Pour le Plan Marshall 2.Vert, il s’agit d’une évaluation classique, un état des lieux qui sera suivi d’un recentrage sur certaines actions en fonction des résultats déjà obtenus et des nouveaux défis qui s’annoncent pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Parallèlement, les ministres travailleront sur un nouveau plan baptisé Horizon 2022. Il a germé après l’accord sur la réforme de l’Etat intervenu au Fédéral et les changements qui s'annoncent, à la fois immédiats ou à plus long terme mais auxquels les entités fédérées doivent se préparer. Ne citons que les nombreuses compétences qui seront transférées aux régions ou la révision de la loi de financement et l’impact important que tout cela aura sur les finances wallonnes et communautaires, même si tout cela reste encore à traduire dans des textes.

Horizon 2022 est le "bébé" de  Rudy Demotte, annoncé au tout début 2012. Il s’était fait un peu brûler la politesse par son camarade Jean-Claude Marcourt quelques temps auparavant. Pour le Liégeois, la Wallonie devait sans tarder préparer l’éventuelle scission du pays et il évoqua publiquement un "plan W". Rudy Demotte avait peu apprécié : le plan Horizon 2022 fut sa réplique.

L'éternelle question des moyens

Des experts de tous bords ont donc été consultés. L’heure maintenant est la synthèse de leur travail. Au terme de ce séminaire organisé à Tournai seront dévoilés les premiers grands axes d’Horizon 2022, l'amorce d'un programme d'actions et d'objectifs socio-économiques à atteindre au cours des 10 prochaines années. Le Soir en a dévoilé quelques traits, comme  une meilleure gestion du territoire, la rationalisation de certains outils para-régionaux, l’amélioration de la qualité énergétique des bâtiments, l’ouverture au monde… Des axes, des intentions, une volonté, mais sans doute aussi un manque cruel de moyens, au moins à court terme. Le ministre des Finances de la Wallonie et de la Fédération André Antoine le rappelait d’ailleurs sur les antennes de La Première : "Il n’y a pas de moyens supplémentaires disponibles ; il faut donc faire le choix de ce qui est efficace ".

Au-delà de la question du financement, d’autres écueils attendent le nouveau plan. L’un des moindres ne sera pas la manière dont Horizon 2022 réussira –ou pas- à intégrer Bruxelles à sa dynamique.

T.N. avec Rudy Hermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK