La Wallonie demande la libération immédiate d'Alexeï Navalny et condamne "les atteintes aux droits humains en Russie"

Une proposition de résolution demandant la libération immédiate de l'opposant russe Alexeï Navalny a été votée ce lundi en commission du parlement wallon.

Porté par la majorité, le texte condamne "fermement les atteintes aux droits humains en Russie" et appelle le gouvernement fédéral à faire pression pour qu'une enquête soit menée concernant la tentative d'assassinat dont l'opposant a été victime l'été dernier.

Alexeï Navalny a été empoisonné au moyen d'un agent neurotoxique en aout 2020. Dès son retour en Russie, il a été condamné à passer deux ans et demi en prison pour avoir violé les conditions d'une condamnation avec sursis datant de 2014. "Conditions absurdes puisque les soins reçus en urgence pour lui sauver la vie l'ont évidemment empêché de respecter ses obligations", souligne la majorité wallonne.

"À l'encontre de nos valeurs démocratiques"

"Cela témoigne d'une triste réalité: les opposants politiques en Russie n'ont pas droit à une liberté de parole ni d'opinion", explique Sabine Laurelle (MR). "Ce sont des faits qui nous inquiètent car ils vont à l'encontre de toutes nos valeurs démocratiques. La liberté d'expression reste un fondement de notre société moderne", enchaîne le député socialiste Maxime Hardy.

"Nous voulons que la Russie respecte ses engagements. Elle a signé la Déclaration universelle et la Convention européenne des droits de l'Homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Elle doit maintenant agir en conséquence et s'y conformer", ajoute Hélène Ryckmans pour Ecolo.

La proposition de résolution doit encore être votée en séance plénière. Auparavant, le cdH, qui avait développé sa propre résolution sur le sujet, travaillera à des amendements qu'il soumettra à la majorité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK