La VRT dans l'œil du cyclone

Jan Jambon plus absorbé par un jeu que par les débats sur sa déclaration gouvenementale
Jan Jambon plus absorbé par un jeu que par les débats sur sa déclaration gouvenementale - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Attaques récurrentes contre la chaîne, immixtion dans sa programmation, restrictions budgétaires… La VRT est dans l’œil du cyclone. La N-VA n’en finit pas de tirer sur la chaîne publique.
Pour le parti, la VRT est marquée par une "information de gauche teintée de vert". Les mots sont de Siegfried Bracke, ancien journaliste maison élu en 2010 en étant tête de liste la N-VA en Flandre-Orientale. Il n’est pas le seul à fusiller la chaîne. En tête de ceux qui sortent l’artillerie, Théo Francken et Jan Jambon.

Indépendance

Des observateurs indépendants ont pourtant fait les comptes : les invités aux émissions phares ne font pas apparaître de surreprésentation de la gauche.
Comme un hommage à son indépendance, tous les partis ont systématiquement critiqué la vision éditoriale de la VRT. Et les reproches s’accentuent généralement quand ceux qui sont au pouvoir sont mis en difficulté.
La situation devient toutefois de plus en plus inconfortable pour la VRT. A force de frapper sur le clou, d’annoncer des restrictions budgétaires ou qu’on exige d’elle qu’elle porte une culture flamande telle que définie dans le "canon" du Gouvernement régional, une forme d’autocensure risque de se mettre en place.

Marcher sur la ligne de crête

La chaîne publique peine d'ailleurs à trouver une réplique. Les rédactions estiment que des actions de protestation renforceraient l’idée de leur "gauchisation"; les rédacteurs en chef essaieraient une médiation avec leur pouvoir de tutelle. La situation est d'autant plus délicate que la N-VA va probablement assurer la présidence du Conseil d’administration de la VRT.
La VRT vient pourtant de se trouver le moins probable des alliés. VTM, chaîne privée censée, dans certaines têtes, à être plus conciliante et faire contrepoids à la chaîne publique, a plutôt malmené la classe politique flamande dimanche dernier.

Surprise !

VTM a invité plusieurs hommes et femmes politiques à une balade à vélo au cours de laquelle ils ont été confrontés, en présence des caméras et sans que rien ne l’annonce, à plusieurs centaines de citoyens portant sur leur t-shirt le nom d’un proche décédé à vélo.
L’émission a, semble-t-il, beaucoup secoué au nord du pays. Au moins autant que cette image de la VRT que n’a guère dû apprécier le Ministre-Président flamand. Elle montrait Jan Jambon au Parlement en train de jouer à Tetris pendant le débat sur sa déclaration gouvernementale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK