La violence est-elle le moyen le plus efficace pour se faire entendre ?

La violence est-elle le moyen le plus efficace pour se faire entendre ?
La violence est-elle le moyen le plus efficace pour se faire entendre ? - © LUCAS BARIOULET - AFP

En France, le mouvement des gilets jaunes fait bouger les lignes. Avec des actions de blocages, avec des actes de violence rarement observés, le président Emmanuel Macron a été obligé de céder, il a promis de 10 à 15 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat. Chez nous aussi le gouvernement de Charles Michel a annoncé un gel de l’indexation des accises sur les carburants. Par contre, les 75 000 marcheurs pour le climat qui ont défilé pacifiquement à Bruxelles (ou à Paris) en sont pour leurs frais.

Voilà qui repose la question de l’opportunité de la violence contre le pouvoir pour les acteurs des mouvements sociaux. A quelques jours d’une nouvelle mobilisation en front commun, les syndicats doivent-ils s’inspirer des gilets jaunes et se montrer plus durs, voire violents ? Vivons-nous le retour de la violence en politique ?

Bertrand Henne reçoit autour de la table de "Débats Première" ce mercredi 12 décembre dès 12h30, sur La Première, Edouard Delruelle, professeur de philosophie politique à l'Université de Liège et Tony Demonté, secrétaire général adjoint de la CNE (Centrale national des employés - CSC).

Donnez-nous votre avis

On attend vos réactions :

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
  • Via le formulaire "Contactez-nous" sur le site de La Première
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK