La transaction financière "permet aux fraudeurs d'acheter leur procès"

Marco Van Hees interpellera le ministre Koen Geens
2 images
Marco Van Hees interpellera le ministre Koen Geens - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le PTB réclame la suppression "immédiate" de la loi sur la transaction financière adoptée par le précédent gouvernement. Une loi qui "permet aux criminels financiers et aux grands fraudeurs d'acheter leur procès", selon le député d'extrême gauche Marco Van Hees. Ce dernier entend bien interpeller le ministre Koen Geens (CD&V) ce jeudi après-midi à la Chambre.

"Dès le début, il était clair que cette loi est une forme de justice de classe. Cela ressort maintenant aussi de l'évaluation", estime le PTB qui a pris connaissance de l'évaluation de cette loi effectué par le service de la politique pénale du bureau du procureur général.

"Le gouvernement aime à utiliser de belles paroles sur la force du changement, mais il ferait mieux de parler de la force de la politique de l'arrière-boutique. Ce dossier ne montre pas la moindre transparence, on évite d'aborder ces questions. Il est pourtant clair que la criminalité en col blanc est avantagée par la loi sur la transaction financière. Il s'agit du blanchiment d'argent, de la corruption, d'infractions des sociétés et même des marchands de sommeil. Le rapport explique que ce genre d'affaires se règle de manière informelle dans une arrière-boutique du Palais de justice. Nous exigeons que le rapport d'évaluation soit rendu public", ajoute Marco Van Hees.

Comme le juge d'instruction, Michel Claise, sur nos antennes ce jeudi matin, il dénonce le démantèlement du service central anti-fraude de la police fédérale (OCDEFO).

 

RTBF