"La stratégie de l'UCL, c'est une grande université avec une position d'hégémonie"

Nicolas Martin (PS) inquiet par la possible hégémonie de l'UCL sur le paysage universitaire francophone
Nicolas Martin (PS) inquiet par la possible hégémonie de l'UCL sur le paysage universitaire francophone - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Si la fusion entre l'Université catholique de Louvain et l'Université Saint-Louis semble actée sur le plan universitaire, il n'en est par contre rien sur le plan politique.

L'ARES (Académie de recherche et d'enseignement supérieur) doit encore remettre un avis au ministre de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt. Par ailleurs, une modification décrétale doit être adoptée pour inscrire la fusion dans le décret Paysage. PS et cdH, ensemble au pouvoir à la Fédération Wallonie-Bruxelles, ne sont pas sur la même longueur d'onde en ce qui concerne cette fusion.

Ainsi, la vision d'une position hégémonique tenue par l'UCL provoque la méfiance socialiste. Interrogé par Arnaud Ruyssen dans Soir Première, Nicolas Martin (député PS à la Fédération Wallonie-Bruxelles) ne s'en cache pas: "On voit clairement quelle est la stratégie de l'UCL, c'est une stratégie très intelligente menée à la fois dans les secteurs universitaire et hospitalier et qui vise à créer un peu à la manière de ce que la KUL a fait en Flandre, une grande université avec une position d'hégémonie dans le paysage francophone et qui dispose de quelques succursales dans les différentes sous-régions, Saint-Louis à Bruxelles, la FUCaM à Mons et demain sans doute l'Université de Namur également".

Dans le viseur socialiste, l'idée que l'UCL utilise la liberté d'association sur le plan de l'enseignement pour développer une position forte dans le paysage francophone. 

Regardez le débat entre Nicolas Martin (PS) et Jean-Jacques Viseur (cdH) dans Soir Première:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK