Victimes pendant quatre heures d'une attaque informatique, les sites de la RTBF sont à nouveau accessibles

La RTBF victime d'une attaque informatique de grande ampleur
2 images
La RTBF victime d'une attaque informatique de grande ampleur - © GLENN CHAPMAN - AFP

Les sites internet de la RTBF ont subi une attaque informatique ciblée, de grande ampleur (de type D-Dos), ce lundi 24 octobre après 15H. Les sites étaient à nouveau accessibles à  19H00
Cette attaque a visé les installations de l'hébergeur des sites internet de la RTBF et a occasionné la mise hors service de nos sites. A ce stade, la RTBF n'est pas en mesure de préciser qui sont les auteurs de cette attaque, l'impact global de celle-ci et l'existence d'un lien ou non avec les attaques constatées cet après-midi sur les sites de divers médias flamands. Une revendication a été publiée sur un site qui se prévaut d'être une "cyber armée syrienne", sans aucune confirmation ni validation.

Cette " cyber armée syrienne " dit réagir en réaction aux " bombardements commandés par les autorité belges, le 18 octobre dans le but de tuer des dizaines de civils dans le village de Hassajek, près d’Allep". La " Syrian Cyber Army " réclame l’annulation des actions de l’aviation belge en Syrie.

D'autres médias ont fait l'objet d'une cyber-attaque cet après-midi, les journaux du groupe Mediahuis (De Standaard, Het Nieuwsblad et L'Avenir) et Gazet Van Antwerpen. Ces sites sont, eux aussi,  à nouveau opérationnels et aucun lien n'est actuellement fait entre ces attaques et celle subie par la RTBF.

L’attaque serait de type DDOS (dénis de services) qui consiste à noyer les serveurs de requêtes informatiques pour les surcharger d’information et interrompre leur fonctionnement.

Réaction des hackers Down-Sec

Lundi en soirée, le collectif de Hackers Down-sec annonçait dans un tweet que le site de l’ambassade syrienne à Bruxelles avait été attaqué à son tour, en réaction à l’attaque des médias belges (dont celui de la RTBF).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK