10 ans avant sa "formidable" prestation, la RTBF avait déjà rencontré Lou

Je me souviens de ce jour d'automne 2003. Ma voix était hésitante, c'était celle d'un stagiaire au journal télévisé de la RTBF. Je découvrais les joies de ce métier qui nous balance d'une rencontre à l'autre. Et j'allais me souvenir longtemps de celle-là. C'était il y a dix ans jour pour jour, j'étais chargé de faire le portrait d'un petit garçon atteint de cécité et dont le père consacrait un blog à une époque où l'on avait encore du mal à prononcer ce mot étrange.

Bien entendu, j'avais été ému par ce petit garçon différent qui découvrait le monde par ses bruits et ses odeurs. Mais une autre rencontre m'avait touché tout autant: celle de son père. Luc Boland est un cinéaste de talent, un homme dont le destin couronné de succès était tout tracé. Mais à la naissance de son fils, il a décidé de consacrer son enthousiasme et son énergie à l'éducation de son enfant. L'histoire ne retient que rarement ces hommes et ces femmes qui font un monde meilleur loin de la lumière des médias. Et pourtant, s'il y a bien un talent qui mérite des louanges, c'est celui de l'éducation. Luc Boland a compris la recette: beaucoup d'amour!

Alors aujourd'hui dix ans plus tard, je ne suis pas surpris que ce formidable adolescent qu'est devenu Lou puisse toucher autant de gens. Il est devenu le transmetteur de cet amour, de cette confiance et de cette sensibilité que ses parents lui ont transmis. Seul l'exemple peut amener un enfant à faire le bien. Souhaitons que cette leçon de vie nous inspire.

François Mazure.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK