La retraite à 67 ans: "Une stupidité", selon un spécialiste

Pensions
Pensions - © FRANCOIS LO PRESTI - BELGAIMAGE

Repousser l'âge de la pension à 66 ans en 2025, puis à 67 ans en 2030, est une des principales mesures de l'accord de gouvernement intervenu ce mardi 7 octobre. Une mesure qui n'en finit pas de susciter des réactions.

Surprise générale

Jean Hindricks est professeur à l’Université Catholique de Louvain et membre de la commission sur les pensions. Il ne cache pas sa surprise après l’annonce du report de l’âge de départ à la retraite: "C’est un paradoxe total. Aucun parti de cette formation gouvernementale n’avait annoncé un report de l’âge légal de la pension. On attribue ce changement de cap à la commission des experts, mais la commission ne l'a jamais recommandé."

L'âge plutôt que la durée

En outre, il s'agit selon lui tout au plus d'une demi-mesure, qui "concerne l’âge plus que la durée de carrière et [...] ne répond pas à la problématique du départ massif en retraite de la génération du 'baby-boom' - des gens qui ont maintenant plus de 50 ans et qui ne sont pas concernés par cette réforme puisque ce report d’âge ne se ferait que dans plus de 10 ans".

Et de rappeler qu'il s'agit d'une "génération importante, et [qu'il est] crucial de pouvoir la retenir partiellement sur le marché du travail si on veut assurer le financement des pensions".

Un danger pour les autres allocations sociales

Docteur en Droit à l'Université de Liège et président des Mutualités socialistes, Michel Jadot, admet qu'il faudra probablement travailler en moyenne plus longtemps, mais considère que "relever l'âge légal de la retraite à 67 ans est une stupidité - sur le plan économique et sur le plan social".

Michel Jadot réitère qu'il est important de se référer à une durée de carrière et non à un âge légal de la retraite. La durée de carrière nécessaire pour bénéficier d'une pension complète est actuellement de 45 ans, durée que Michel Jadot estime par ailleurs "déjà très sévère". Et de faire remarquer qu'il y a "d'ailleurs peu de pensionnés qui remplissent ces conditions".

De plus, "si on relève l'âge légal à 67 ans, si le taux d'emploi des seniors [...] n'augmente pas de façon substantielle, il y aura inévitablement une importante augmentation des dépenses pour les autres allocations sociales - par exemple le chômage, l'invalidité, les prépensions".

"Un jeu de dupes"

Michel Jadot affirme encore que le public ignore quelque chose de plus grave: "Selon la recommandation de la commission de réforme des pensions, l'allongement de la carrière à 47 ans ne va pas entraîner une pension qui est proportionnellement plus élevée, c'est-à-dire pour 47 ans [de carrière] - puisque le calcul de la pension restera basé sur une carrière de 45 ans."

Et de conclure: "Bref, c'est un jeu de dupes, pour la sécurité sociale en général et pour les travailleurs en particulier."

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir