La rentrée studieuse du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Plusieurs dossiers liés à l'enseignement sur la table du gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles.
Plusieurs dossiers liés à l'enseignement sur la table du gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Vendredi, le gouvernement fédéral tiendra son premier Conseil des Ministres. Le gouvernement wallon lui brûlera la politesse jeudi. Mais ce mercredi matin déjà, c'est au tour des ministres du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, conduit par Rudy Demotte (PS), de se retrouver pour un premier conseil post-vacances. Avec plusieurs dossiers liés à l'enseignement sur la table.

Cours de rien

La nouveauté de cette rentrée scolaire, c'est bien sûr la mise en place de l'encadrement pédagogique alternatif pour les élèves de l'enseignement officiel qui choisissent de ne plus suivre les cours de morale ou de religion. C'est la Cour Constitutionnelle qui avait, en mars dernier, contraint la ministre de l'Education, Joëlle Milquet (cdH), à baliser, dans l'urgence, ce que certains ont appelé, un peu ironiquement, le "cours de rien".

Des économies supplémentaires

Mais cet encadrement pédagogique alternatif préfigure aussi, en quelque sorte, le cours de citoyenneté qui, lui, sera obligatoire dans le réseau officiel à partir de la rentrée 2016. C'est l'un des gros chantiers auquel s’attellera le Gouvernement de la Fédération Wallonie Bruxelles dès ce mois de septembre. On sait que le sujet est propice aux frictions entre les partenaires PS et CDH.

Et puis qui dit rentrée, dit aussi préoccupations budgétaires. Le ministre du Budget, André Flahaut (PS) a fait ses calculs. La Fédération Wallonie-Bruxelles devrait réaliser, en 2016, 130 millions d'économies supplémentaires par rapport à 2015. On évoque entre autre une meilleure gestion des infrastructures scolaires, par exemple en invitant les réseaux à mieux collaborer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK