La Reine au Congo: des diamants embarrassants

RTBF
RTBF - © RTBF

Que faire de la parure de diamants offerte par le président congolais à la reine Paola à la fin du séjour du couple royal à Kinshasa ? Le porte-parole du Palais a annoncé mercredi que le cadeau sera confié à la Donation royale.

Il devient désormais propriété de l'Etat, ce qui n'empêche pas la famille royale d'en faire usage si elle le souhaite. La décision du Palais n'éteint cependant pas complètement la polémique liée à l'opportunité et à la valeur du cadeau.

Entre chefs d'Etat, l'échange de cadeaux est une pratique à  la fois courante et ancienne. Les petits cadeaux entretiennent l'amitié, les gros sont souvent plus embarrassants. Dans le passé, il n'était pas rare qu'un voyage officiel en Afrique se termine par le don d'un animal sauvage, qui allait enrichir la faune d'un jardin zoologique national.

Cage dorée

Les diamants congolais ont donc aussi trouvé leur cage dorée : ce sera la Donation royale, dépositaire de l'impressionnant patrimoine immobilier légué par Léopold II, et de quelques biens mobiliers, comme une importante collection d'armes anciennes. Mais, selon nos informations, la cession à la Donation d'un cadeau offert au couple royal, a fortiori des bijoux, constitue une première.

Ce qui embarrasse ici, selon une enquête du Soir, c'est que ce geste personnel du président Kabila a échappé aux négociations diplomatiques qui, selon l'usage, règlent cet échange. Il est difficile en effet de mettre sur le même pied le financement par la Belgique de projets sociaux au Congo, et ce cadeau-surprise, d'une valeur inconnue mais sans doute respectable.

Quant à l'origine des diamants, on a tout lieu de penser qu'elle est locale : le Congo annonce pour l'année 2007 une production de plus de 27 millions de carats, dont une partie significative se retrouve, à un moment ou l'autre, dans les ateliers de taille anversois. La parure de la reine a peut-être fait un double aller-retour entre les deux pays.

 

André Zaleski

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK