La 6e réforme de l'Etat expliquée et débattue au parlement bruxellois

La région sera, notamment, maîtresse des politiques d'emploi, elle pourra décider de la façon de gérer le tourisme. Un ministère bruxellois de l'Intérieur sera créé pour gérer les questions de sécurité.

Hier, lundi, le Ministre-Président Rudi Vervoort est venu présenter, aux députés bruxellois, les grandes orientations que le gouvernement a prises, ou comment la région bruxelloise choisit de traduire cette nouvelle structure de l'Etat en choix politiques. Pour Benoît Cerexhe, cdH, il était temps d’avoir ce débat. Un timing trop lent, pour Didier Gosuin FDF, dans l'opposition : "Nous allons dans quelques mois hériter de deux milliard de compétences et donc ça me paraît légitime d’avoir, aujourd’hui, une note qui décrit comment les compétences vont être distribuées au sein même de nos organismes".

Car, jusqu'ici, le gouvernement a travaillé sans réellement communiquer. Pour Vincent Dewolf MR (dans l'opposition à la Région mais pas au fédéral) ce n’est pas facile de réagir à chaud sur un moment historique avec peu d’informations.

Les contours de la nouvelle région s'esquissent, donc : "Les fondateurs de la région Bruxelles-capitale n’auraient même pas dans leurs rêves pu imaginer, un jour, hériter de compétences aussi importantes", souligne Yaron Pesztat, Ecolo

Quant à Philippe Close, PS il parle aussi d'un moment historique : "Nous sommes à l’aube d’une réforme, comme la réforme de 1989 qui a créé la région bruxelloise".

En Commission des Finances, c'était le coup d'envoi d'heures de débats, de questions, d'interpellations, qui se poursuivront dans les semaines, les mois, les années qui viennent.

 

Hélène Maquet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK