La polémique de Bart De Wever sur les chômeurs se poursuit

La polémique de Bart De Wever sur les chômeurs se poursuit
2 images
La polémique de Bart De Wever sur les chômeurs se poursuit - © DRIES LUYTEN - BELGA

"Aujourd'hui en Flandre, quelqu'un qui a un bon CV trouve de toute façon de l'emploi, à l'exception des plus de 50 ans. Et certainement s'il ou elle a eu trois ans pour chercher un emploi", a affirmé le président de la N-VA au Laatste Nieuws. Et ce mardi, le député N-VA Sigfried Bracke en ajoute une couche, estiment que ce sont surtout les syndicats qui profitent des chômeurs de longue durée. Bart De Wever avait estimé lundi soir que ses propos sur le chômage avaient été retranscrits de manière "très non nuancée" sur le site web du quotidien Het Laatste Nieuws.

"Je vais poser une question qui est taboue dans ce pays. Il y a en Belgique un demi-million de sans-emploi. Combien de ces personnes cherchent vraiment un emploi, pensez-vous? Comment se fait-il, pensez-vous, que nos allocations sont trop basses? Parce que nous en donnons une à beaucoup de trop de gens. Même à ceux qui n'en ont pas besoin", a déclaré le leader de la N-VA.

Bart De Wever ajoute encore que les allocations de chômage sont limitées dans le temps dans presque tous les autres pays.

Le ministre flamand Philippe Muyters (N-VA) a détenu le portefeuille de l'Emploi pendant cinq ans, a réagi le sp.a. "Soit Muyters n'a pas bien fait son travail, soit De Wever ne le sait pas", a commenté Bart Van Malderen, chef de groupe sp.a au parlement flamand. À ses yeux, les propos de Bart De Wever sont humiliants et offensants pour les sans-emploi, dont la toute grande majorité recherche effectivement du travail.

"En outre, des dizaines de milliers de demandeurs d'emploi sont confrontés à une problématique qui n'est pas directement liée au marché de l'emploi, des problèmes psychologiques ou médicaux, le burn-out, etc... Les services d'emploi doivent prendre ça en compte et ont convenu de rechercher une solution dans l'année" pour ces personnes, a commenté le député socialiste flamand.

Clarification

"En tout cas, je n'ai pas tiré sur les chômeurs et n'ai certainement pas dit qu'ils pouvaient tous trouver un emploi s'ils le voulaient", a-t-il indiqué à l'agence Belga.

A ses yeux, il a voulu souligner le problème du nombre élevé de chômeurs de longue durée en Belgique, où plus de 200 000 personnes sont sans emploi depuis plus de cinq ans.

"Si ces personnes ont besoin d'aide, elles doivent être aidées via d'autres systèmes", a-t-il précisé. Les personnes qui possèdent un bon CV "doivent pouvoir trouve

r de l'emploi" si l'on réduit les charges salariales et que l'on développe la création d'emploi privé, a-t-il ajouté. Un CV solide manque souvent à trop de jeunes, et ceux qui n'en disposent pas doivent être accompagnés, a-t-il encore clarifié. Il insiste sur les mesures de soutien aux plus de 50 ans, car trouver un emploi est difficile pour eux même s'ils ont un bon CV, en raison des charges salariales "bien trop élevées".

Réagissant à la polémique suscitée par l'article de presse, le PTB a invité les demandeurs d'emploi à envoyer leur CV à Bart De Wever, tandis que Groen dénonçait une tentative de culpabilisation des jeunes, infructueuse en termes de création d'emplois.

Des revenus pour les syndicats

Ce mardi, Siegfried Bracke revient sur la polémique sur son site web : "Je ne vois pas à qui cela profite". "Peut-être la réponse est-elle toute simple. Dans la tradition du journalisme américain, on doit toujours se demander qui paye et qui se fait payer. Dans ce cas, c'est le syndicat qui paye les chômeurs de longue durée. Et qui est rémunéré pour cela".

Et de conclure: "Des chômeurs avec des indemnités qui durent, c'est une source de revenus stables pour les syndicats. Et toute entreprises ou organisation n'est-elle pas à la recherche d'un flux de revenus sûr?"

 

 

Avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK