La plateforme PTB-GO se fissure, le PTB veut une gauche plus large

La plateforme PTB-GO (pour "gauche d'ouverture") a été constituée avant les dernières élections pour coaliser différents courants situés à la gauche du PS et pour engranger des succès électoraux. Elle a réuni, outre le PTB et la LCR, le Parti communiste et des personnalités d'horizons divers, comme Josy Dubié (ex-Ecolo), Sfia Bouarfa (ex-PS) ou l'ancien journaliste Hugues Le Paige.

Six mois après les élections, la dynamique du mouvement s'est modifiée. "Maintenant que les élections sont passées, il n'y a plus vraiment de collaboration", a expliqué Céline Caudron, une militante de la LCR. "Le PTB ne nous invite plus à ses activités".

Sur le fond, ce parti d'extrême-gauche se veut plus radical que le PTB, en dénonçant notamment le retour des syndicats à la table des négociations après les mouvements de grève en décembre. "Le gouvernement n'a pas reculé. Rien n'a changé", affirme Céline Caudron.

Côté PTB, Raoul Hedebouw souligne que la plateforme électorale "n'a jamais été un cartel", mais plutôt "un appel à voter, avec l'indépendance de chaque composante". Le parti amorce maintenant "une nouvelle séquence", où "on veut tendre la main à une gauche plus large", notamment la gauche du PS et d'Ecolo, dit-il. Le PTB n'est par ailleurs "pas d'accord d'entrer dans une surenchère radicale", dit-il, ajoutant que "ce n'est pas le moment de critiquer la bureaucratie syndicale" comme le fait la LCR.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK