La "pire crise humanitaire depuis 60 ans", la Belgique n'est pas épargnée

La Croix-Rouge évoque une dégradation lente mais continue. "Par rapport au précédent rapport de 2009, des millions de personnes supplémentaires font la queue pour se nourrir et n'ont plus de quoi acheter des médicaments ou se faire soigner", précise l'association dans un communiqué.

Dans 22 des 42 pays sondés par les Croix-Rouge européennes et d'Asie centrale, le nombre de personnes recevant une aide alimentaire de la Croix-Rouge a considérablement augmenté, passant de 2 à 3,6 millions de personnes ces trois dernières années (+75%).

En Belgique francophone, la Croix-Rouge distribue annuellement plus de 50 000 colis alimentaires d'urgence (38 500 en 2009). En outre, un millier de familles se rendent chaque mois dans les 24 épiceries sociales de la Croix-Rouge francophone. En Belgique, 15% de la population, soit 1 650 000 personnes, vivent sous le seuil de pauvreté.

"En 2009, nous avons 38 000 colis alimentaires distribués. En 2012, c'est plus de 50 000. Il y a quelques années, le nombre d'épiceries sociales, qui répondent donc à des besoins, a largement augmenté. Aujourd'hui, on a 24 épiceries sociales rien que sur la Wallonie", explique Kathy Stinissen qui dirige le département aide sociale de la croix rouge.

Les frais de santé aussi posent problème. La Croix Rouge remarque notamment une hausse du nombre de dépressions ou de troubles de la santé mentale. "C'est très lié évidemment, quand on se trouve dans un situation où l'on est d'une façon ou d'une autre, exclu de la société, on est potentiellement sujet à des problèmes de santé mentale. Et comme la plupart de ces gens n'ont pas les moyens de se soigner, leur situation peut se dégrader", poursuit-elle.

Les travailleurs ordinaires, ces nouveaux pauvres

Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge constatent encore dans ce rapport l'apparition de "nouveaux pauvres", que l'association décrit comme "des travailleurs ordinaires qui ne peuvent pas couvrir tous leurs frais essentiels et qui, à la fin du mois, doivent choisir entre acheter de la nourriture ou payer le loyer".

La Croix-Rouge note par ailleurs une dégradation de la santé en général, et notamment de la santé mentale. Les antennes nationales indiquent qu'il est "de plus en plus nécessaire d'élargir les services de soutien psychosocial apportés aux personnes souffrant de dépression et d'autres problèmes de santé mentale".

De manière générale, la Croix-Rouge appelle à "éviter les coupes drastiques et systématiques" dans les budgets des services sociaux et de santé. "Les coupes dans les dépenses de santé peuvent entraîner des coûts personnels et financiers plus importants sur le long terme, ce qui peut ralentir le processus de relèvement, voire empêcher la population de se remettre pleinement de la crise", avertit l'association.

Enfin, concernant les politiques migratoires en Europe, plusieurs Sociétés nationales indiquent que les politiques publiques se sont durcies pendant la crise économique et que la mise en oeuvre des lois existantes est problématique.

RTBF avec Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK