La note présentée par les préformateurs, "c'est l'antichambre du confédéralisme", selon Jean-Marc Nollet (Ecolo)

Jean-Marc Nollet (Ecolo)
Jean-Marc Nollet (Ecolo) - © RTBF

Les Verts ont rencontré mardi pendant quatre heures Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA), qui sont chargés d’une mission par le Roi afin de former une nouvelle coalition fédérale. Interrogé sur La Première, Jean-Marc Nollet, un des coprésidents d’Ecolo, explique que le rejet de la note qui leur a été présentée n’était pas couru d’avance. "Il y avait des éléments intéressants dans la note, notamment dans les affaires sociales. Des lignes ont bougé, surtout dans le chef de la N-VA. Il y a aussi des lacunes : les enjeux climatiques et environnementaux étaient très clairement relégués au dernier plan, et sans aucune ambition. Alors que nous, ce que nous voulons, c’est de faire des enjeux climatiques le cœur du redéploiement économique. Aujourd’hui le climat peut être le plus grand employeur du pays, parce qu’il y a des enjeux en termes de mobilité, de consommation ou de production d’énergie."

De plus, "le schéma institutionnel évoqué par la note, c’était l’antichambre du confédéralisme. On parlait d’entités bicéphales et tricéphales pour la justice, la police, la sécurité, l’intérieur, l’emploi. Bart De Wever a présenté les choses en disant que c’était comme l’enseignement il y a 20 ou 30 ans qui était géré au fédéral. Et il fallait ouvrir à révision tous les articles de la Constitution, dont le 195. Qui plus est, le gouvernement devrait être limité dans les objectifs et limité dans le temps. Alors que la Belgique a besoin de se redéployer sur le moyen et le long terme", ajoute Jean-Marc Nollet.


►►► À lire aussi : Que signifie le confédéralisme exigé par la N-VA ?


Aujourd’hui "la balle est dans la main des préformateurs. Nous n’avons pas reçu la note, mais c’était suffisamment long que pour bien en comprendre le contenu. Et ce n’était pas du tout la base pour une formule avec les Verts, ce que Bart De Wever a reconnu. Cela veut dire que c’était pensé pour travailler avec les libéraux" conclut Jean-Marc Nollet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK