La note de Bart de Wever suscite beaucoup de méfiance mais emballe le patronat flamand

La note de Bart de Wever suscite beaucoup de méfiance mais emballe le patronat flamand
La note de Bart de Wever suscite beaucoup de méfiance mais emballe le patronat flamand - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La note rédigée par l’informateur flamand Bart De Wever a suscité de nombreuses réactions au nord du pays, et les plus enthousiastes viennent sans conteste du patronat flamand. Pour le Voka et l’Unizo, ce texte est très encourageant.

"Le texte témoigne d’une volonté de réformer, d’accélérer la mise à l’emploi et de développer l’efficience et la numérisation des services publics. La note place les entreprises au cœur de l’innovation et de l’investissement", analyse le Voka. De son côté, l’Unizo salue la création d’au moins 120.000 emplois et la collaboration renforcée entre l’office VDAB et les entreprises.

Le patronat flamand regrette tout de même l’absence d’engagements précis quant aux mécanismes d’incitation à l’emploi, à l’introduction d’une taxe kilométrique ou encore à la formation continue.

Les syndicats méfiants

Autre son de cloche côté syndical, où l’on ne se réjouit pas de la tournure que prend le futur gouvernement flamand. "La note de l’informateur Bart De Wever (N-VA) ne se concentre pas sur les problèmes des gens mais se focalise sur l’argent", constate l’ABVV (FGTB). "En Flandre, l’argent va diriger tout. Et ceci aux dépens de ceux qui n’en jouissent guère."

De son côté, l’ACV services publics regrette aussi l’absence d’investissements dans le personnel. Il estime par ailleurs qu’une "Flandre forte et sociale n’est pas possible sans des services publics forts".

Pour l’ACOD (CGSP), c’est surtout le sort réservé aux fonctionnaires qui n’augure rien de bon. "Dans sa note de départ, Bart De Wever évoque des administrations à la fois minces et performantes et un nouvel exercice d’efficacité. Plus encore, il dit que l’engagement contractuel deviendra la règle à tous les niveaux de l’administration. Il veut à nouveau faire disparaître la différence entre fonctionnaires statutaires et contractuels en matière de congé de maladie. De Wever n’a-t-il toujours pas compris ?", s’interroge le syndicat.

Des actions seront menées si l’on persiste dans cette voie avertit d’ores et déjà l’ACOD. "Nous nous rendons bien compte que la N-VA ne veut plus que des fonctionnaires contractuels car ils sont souvent plus influençables et peuvent être plus facilement licenciés. Le fonctionnaire statutaire dispose d’une objectivité entière et d’une protection qui lui permettent de fournir un service de manière neutre. Monsieur De Wever veut que ses amis des entreprises ne soient pas trop contrôlés, rappelons-nous sa déclaration : 'le Voka (l’organisation patronale flamande, ndlr) est mon patron'", conclut le syndicat socialiste flamand dans sa réaction.

L’intégration des nouveaux venus plus compliquée?

La note flamande inquiète aussi aujourd’hui la plateforme Minderhedenforum (Forum des minorités). Elle estime qu’avec "de nouvelles conditions, des contrôles et sanctions supplémentaires, la N-VA rend l’intégration et la participation des nouveaux arrivants plus difficile dans la société".

Dans une déclaration, l’organisation pointe entre autres la contribution financière pour les programmes d’intégration, l’application de sanctions et d’amendes et le lien suffisamment fort et durable avec la commune ou la région à présenter pour obtenir un foyer social. "Ce sont des mesures qui atteignent petit à petit les personnes les plus vulnérables et issues de l’immigration, et qui auront précisément l’effet inverse sur leur intégration", déplore le directeur du forum Landry Mawungu. L’association estime aussi que la note met trop l’accent sur "l’identité flamande".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK