La N-VA veut réviser toute la Constitution

Les nationalistes sortent l'artillerie institutionnelle lourde. La N-VA a annoncé ce mardi 12 mars qu'elle souhaitait soumettre tous les articles de la Constitution à révision. Le parti entend remettre le communautaire au devant de la scène politique et confirme ainsi sa volonté d'une vaste réforme de l'Etat pour mener la Belgique vers le "confédéralisme". 

La communication des nationalistes suit de près l'annonce du CD&V de se diriger vers une réforme de l'Etat en 2024. Les démocrates chrétiens flamands ont effectivement déclaré ce lundi 11 mars vouloir une nouvelle refonte de nos institutions. Mais le CD&V ne souhaite pas ouvrir le chantier institutionnel au cours de la prochaine législature.

A la veille d'une longue campagne électorale, la N-VA montre aujourd'hui qu'elle est plus pressée que le CD&V et fait monter les enchères institutionnelles. Elle déposera prochainement une proposition de révision de tous les articles de la Constitution. Mais les nationalistes devront pour cela trouver des partenaires afin de former une majorité au parlement.

Les partis doivent effectivement s'accorder sur une liste d'articles de la Constitution qui pourraient faire l'objet d'une modification au cours de la législature suivante. On sait toutefois que les partis francophones sont clairement opposés à l'idée de se lancer dans un nouveau round communautaire. Quant aux partis flamands, même si certains commencent à évoquer une légère refonte de la Constitution, la N-VA aura du mal à trouver des partenaires pour risquer l'aventure d'une réforme de l'Etat dès 2019.

La proposition de la N-VA de réviser tous les articles de la Constitution vise donc essentiellement à se positionner par rapport à ses concurrents flamands. Les nationalistes veulent entrer en campagne en se présentant à l'électeur comme le meilleur défenseur d'une septième réforme de l'Etat. "En ouvrant tous les articles à révision nous laissons la porte ouverte et ce sera à l'électeur de se positionner", a déclaré Karl Vanlouwe, chef de groupe nationaliste au Sénat.  Pour la N-VA, "les partis qui veulent maintenir un verrou sur la Constitution prennent une option sur l'impossibilité de gouverner le pays".      

Archives: Soir première 14/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK