La N-VA soutient une demande de scission de la sécurité sociale du Belang: le MR et le PS scandalisés

La N-VA soutient une demande de scission de la sécurité sociale: le MR et le PS scandalisés
La N-VA soutient une demande de scission de la sécurité sociale: le MR et le PS scandalisés - © DIRK WAEM - BELGA

Le MR et le PS ont dénoncé mercredi l'attitude de la N-VA à propos d'une proposition de résolution du Vlaams Belang sur la sécurité sociale. Le parti a soutenu une demande de scission de la sécurité sociale tout en s'abstenant sur l'ensemble du texte.

Invoquant le "fardeau toujours plus lourd" que représentait pour la Flandre le maintien d'une sécurité sociale fédérale, le parti d'extrême droite en réclamait la scission complète et le transfert à la Flandre pour ce qui concerne Bruxelles.

Ces demandes correspondent aux revendications de longue date des nationalistes flamands. La N-VA les a soutenues mais n'a pas été jusqu'à approuver l'ensemble du texte.

"Des propositions dangereuses"

A l'heure où un informateur royal -Paul Magnette, président du PS- tente de trouver des convergences entre dix partis, dont la N-VA, cette attitude a sonné bizarrement aux oreilles de plusieurs députés.

"Œuvrer à la scission de toutes les branches de la sécurité sociale fédérale, voilà le point 1 du texte du Vlaams Belang examiné en affaires sociales pour scinder la sécurité sociale! Et qui a voté pour?: la N-VA qui revient à ses fondamentaux!", s'est exclamé Marc Goblet (PS) sur Twitter.

"Ce vote illustre (la) volonté (de la N-VA) de rompre la solidarité entre les Belges. Notre pays a, au contraire, besoin d'un projet et d'un gouvernement qui lui assurent stabilité et prospérité!", a souligné le ministre fédéral et candidat à la présidence du MR, Denis Ducarme.

"Cela démontre qu'en l'absence d'une majorité claire au niveau fédéral, les débats peuvent prendre des tournures délicates", a fait remarquer la députée Florence Reuter (MR).

"Sans un gouvernement avec une majorité forte fédérée autour d'un accord commun, nous ne sommes pas à l'abri de voir fleurir des propositions dangereuses mettant à mal les fondements de notre pays. Il est urgent que les négociations aboutissent rapidement", a-t-elle ajouté.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK