Tensions entre N-VA et MR à propos de la laïcité de l'Etat

La N-VA part en croisade pour la laïcité
La N-VA part en croisade pour la laïcité - © Tous droits réservés

La commission de révision de la Constitution se réunit ce mardi après-midi. Au menu: audition du constitutionnaliste Marc Uyttendaele à propos de l'opportunité d'inscrire la neutralité ou la laïcité dans la Constitution. Mais ce matin, dans La Libre Belgique, la N-VA a jeté un pavé dans la marre: elle n'en veut pas et avance une autre proposition. 

Sur le compte Instagram de la N-VA, les députés Hendrik Vuye et Veerle Wouters, ont précisé que "Dieu n'est pas au-dessus des lois". La N-VA veut renforcer la séparation de l’Église et de l’État, mais pas faire référence ni à la laïcité, ni à la neutralité. . 

Pour le juriste qu'est Hendrik Vuye, il n'est pas possible d'inscrire un préambule dans la Constitution, car la déclaration de révision de 2014 ne prévoit pas l'ajout de ce texte. Or, le PS, le MR et l'Open VLD veulent procéder de la sorte, en ajoutant un préambule qui rappellerait nos valeurs fondamentales. 

Dieu n'est pas au-dessus des lois

Le quotidien précise qu'à la place, les deux nationalistes proposent de modifier l'article 21 de la Constitution, qui lui, fait partie de la déclaration de révision. Cet article consacre le principe de non-ingérence de l’État dans la libre organisation des cultes. L'idée des députés N-VA est d'y insérer cette clause : "Personne ne peut, sur la base de motifs religieux ou idéologiques, se soustraire aux normes juridiques, ni limiter les droits et libertés d'autrui."

La N-VA se méfie des termes "neutralité" et "laïcité" car elle les trouve trop flous, laissés à la libre appréciation des juges. S'ajoute à cela la crainte d'affaiblir le réseau d'enseignement libre (catholique), et la peur d'un agenda caché: que le fédéral s'empare, au travers de la Constitution, des règles de neutralité des fonctionnaires flamands, qui relèvent de l'autorité flamande.

Le MR s'étonne

"Je suis étonné qu'un parti comme la N-VA ne soutienne pas la neutralité car c'est un instrument qui nous arme mieux contre les points de vue et les actes fondamentalistes et sectaires", a expliqué le chef de groupe MR à la Chambre, Denis Ducarme.

Le libéral francophone s'étonne en outre du moment choisi par la N-VA pour s'exprimer, alors que la Commission de révision de la Constitution commence mardi l'audition des spécialistes du droit constitutionnel sur ce thème.

Au micro de la RTBF, le député MR Richard Miller a ajouté : "Quand la N-VA dit que les laïcs ont un agenda caché, on peut s'interroger aussi sur celui d'un parti séparatiste". Le MR estime que les travaux en commission doivent se poursuivre. Pas question pour lui d'arrêter les auditions, parce que la N-VA le souhaite. 

Le PS regrette

Le président du PS, Elio Di Rupo, regrette la position prise par la N-VA dans le débat sur la neutralité de l'Etat, et réitère sa proposition d'une convention citoyenne qui déboucherait sur la rédaction d'un préambule constitutionnel énonçant les valeurs fondamentales de la Belgique.

Le PS juge la position de la N-VA "conservatrice" et se demande ce qu'elle craint "en refusant un débat essentiel qui permettrait de mobiliser les citoyens dans toute leur diversité".

"Il s'agirait d'une démarche novatrice qui porte en elle une grande valeur symbolique et pédagogique à un moment où notre société a besoin d'initiatives qui rassemblent au lieu de diviser. Il est dommage que les nationalistes flamands refusent à nouveau une approche positive et inclusive" a souligné le président de PS, Elio Di Rupo, dans un communiqué.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir