Pacte de l'ONU sur les migrations: la Belgique signera, signera pas ?

"Nous ne signerons pas ce texte", avait confirmé une porte-parole de Theo Francken à "De Standaard". Ce midi, chez Jan Jambon on relativise.
"Nous ne signerons pas ce texte", avait confirmé une porte-parole de Theo Francken à "De Standaard". Ce midi, chez Jan Jambon on relativise. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Un nouveau bras de fer visiblement au sein du gouvernement fédéral ! Un bras de fer entre le Premier Ministre Charles Michel et la N-VA. Des nationalistes qui rechignent à voir la Belgique signer un important accord des Nations Unies en décembre prochain à Marrakech, sur les migrations.

Un "pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières". Or Charles Michel s'en est fait un fervent défenseur sur la scène internationale... Ce matin, la N-VA semblait vouloir faire monter les enchères avec un refus obstiné de signer. Ce midi, c'est moins clair : la N-VA rétropédale. Explications. 

Charles Michel aux Nations Unies

Difficile de faire plus clair pour le Premier Ministre lorsqu'il s'exprime fin septembre à la tribune des Nations Unies à New York.

Charles Michel à l'ONU

"Mon pays signera à Marrakech en décembre le pacte global pour la migration. Ce texte est une avancée majeure qui clarifie les différents concepts et offre un levier pour une gestion organisée et maîtrisée de la mobilité internationale". 

Le "Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières" est présenté comme le premier outil international listant des bonnes pratiques pour gérer le phénomène migratoire. Imaginé en réaction au chaos migratoire de l'année 2015 pour aider les Etats à mieux se coordonner, le document a été négocié durant plus de 18 mois par les pays de l'ONU, validé en juillet et doit être formellement adopté par l'ensemble des signataires lors d'un sommet à Marrakech les 10 et 11 décembre.

La Belgique signataire à Marrakech. Le ministre Open VLD de la coopération Alexander Decroo se disait d'ailleurs enthousiaste pour signer au nom de la Belgique un texte négocié depuis 2 ans et qui, a priori, ne peut plus être modifié. 

Comité ministériel divisé

Sauf que la N-VA n'était pas très chaude et commençait à le faire savoir progressivement. Le sujet est venu en comité ministériel restreint vendredi matin. Mais les ministres n'ont pu se mettre d'accord : on a renvoyé à des consultations intra-belges d'experts et des contacts avec l'Europe. Une Europe divisée, Hongrie, Autriche ne veulent pas du texte, d'autres ont des doutes. On en était là. Vendredi soir, sur la VRT, le secrétaire d'Etat à l'Asile le N-VA Theo Francken faisait déjà largement part de ses doutes et réticences.

Etape supplémentaire ce lundi, par presse interposée ("Standaard", "Nieuwsblad", "Belang van Limburg"), certains sources autour du même secrétaire d'Etat à l'Asile - en déplacement en Mauritanie -, auraient tenté de faire monter les enchères sur un "niet" absolu de la N-VA sur le thème "Nous ne signerons pas". Dans le même temps du côté du Premier ministre, on faisait savoir que les discussions continuaient, que le texte ne serait pas "contraignant et que les Etats garderaient leur pleine souveraineté en politique migratoire". Pour tenter d'amadouer la N-VA ? A voir.

Apaisement en vue côté N-VA

Premier résultat : vers 11h ce mercredi, du côté du vice-1er N-VA Jan Jambon, communiqué de presse à Belga. "Le gouvernement n'a pas encore arrêté de position officielle sur le pacte de l'ONU sur les migrations", réaffirmait un porte-parole du ministre de l'Intérieur. "L'analyse de ce pacte et les discussions qui y sont liées sont en cours au sein du gouvernement. C'est un dossier sensible qui doit être discuté là où il doit l'être, c'est à dire au gouvernement", a souligné le porte-parole. Bref, rien de neuf par rapport à vendredi dernier et la réunion du gouvernement sur le sujet. Rétropédalage donc toute. Le gouvernement n'a pas pris de position définitive et la N-VA ne poserait aucun ultimatum. Bref, tout va bien dans le meilleur des mondes. L'enthousiasme de la tribune de l'ONU, lui, paraît bien retombé...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK