La N-VA dans une position inconfortable après les révélations sur Schild & Vrienden

Le slogan de la N-VA
Le slogan de la N-VA - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Suite au reportage de la VRT sur Schild & Vrienden, l'indignation est générale dans la classe politique flamande. Mais des questions se posent sur les liens entre la N-VA et cette organisation nationaliste, raciste et potentiellement violente.

Jeudi matin la N-VA avait été près prompte à condamner Schild & Vrienden, notamment par la voix de Zuhal Demir et Theo Francken, espérant maîtriser l'incendie. Certains y ont vu une forme d'aveu, ou au moins un très gros malaise. La condamnation morale n'enlève rien aux faits avérés. L'appartenance d'une vingtaine de membres de l'organisation des jeunes N-VA à Schild & Vrienden, la présence sur les listes électorales en vue des communales de plusieurs militants du groupe d'extrême-droite, les photos de Theo Francken avec certains d'entre eux, le recours à Schild & Vrienden, comme service d'ordre à certaines des conférences du secrétaire d'état, etc...

Dans l'après-midi, c'est Bart De Wever qui a dès lors communiqué pour annoncer un "nettoyage" à la N-VA, après avoir entendu les intéressés. Des candidats N-VA pour les communales ont déjà été écartés, à Maaseik et Alost.

Mais politiquement, le mal est fait.  La surenchère dans la communication des nationalistes flamands, en particulier de Theo Francken, souvent limite, est déjà au cœur du débat.

La nature même de la N-VA comme "antidote" à la référence d'extrême droite qu'est le Vlaams Belang est remise en cause. Et tout ça à un peu plus d'un mois des élections communales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK