La moitié des armes européennes vendues au Moyen-Orient sont belges

Des armes à la FN Herstal
Des armes à la FN Herstal - © GUY MOSSAY - BELGA

Près de la moitié des armes à feu européennes exportées vers le Moyen-Orient viennent de Belgique. C'est la conclusion d'une nouvelle analyse du groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité, le GRIP, en collaboration avec le Vredesinstituut. En tout, les exportations d'armes rapportent un milliard d'euros tous les ans à l'industrie belge.

Le Moyen-Orient raffole des armes à feu made in Belgium. La moitié des armes européennes vendues dans cette zone sont fabriquées chez nous. Jihan Seniora, chercheuse au GRIP, précise : "Le Moyen-Orient est un client assez important de la Belgique et plus particulièrement de la Région wallonne avec en tête l'Arabie saoudite mais également des pays comme le Qatar et les Émirats arabes unis".

Parfois, la Belgique refuse de vendre

Ce commerce ultra-sensible est encadré, les vendeurs doivent s'assurer que leurs clients respectent certains critères, notamment la stabilité et les droits humains, et la Belgique a déjà refusé de vendre des armes à certains pays.

"Elle a refusé des licences d'exportation vers le Guatemala, Hong-Kong, le Royaume-Uni mais comme destination finale le Swaziland et la Thaïlande. Donc c'est vraiment au cas par cas, il y a une évaluation de la situation du pays et de l'exportation et donc sur ce cas elle peut refuser d'octroyer une licence".

La vente d'armes est globalement de plus en plus transparente mais la Wallonie, elle, n'est pas forcément une élève modèle: elle traîne trop souvent des pieds pour fournir ces informations.

Jérémy Audiard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK