La Ministre des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue, demande aux administrateurs du Groupe Publifin de prendre instamment leurs responsabilités

La Ministre des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue, demande aux administrateurs du Groupe Publifin de prendre instamment leurs responsabilités
La Ministre des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue, demande aux administrateurs du Groupe Publifin de prendre instamment leurs responsabilités - © Tous droits réservés

La Ministre des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue, demande aux administrateurs du Groupe Publifin de prendre instamment leurs responsabilités, suite aux révélations du retour de Messieurs Drion et Gilles dans des structures faisant partie de celui-ci.

La ministre dénonce une forme d’hypocrisie dans le dossier, où chacun semble, depuis trois jours, se renvoyer les responsabilités. 

"Je suis indignée de constater qu’au sein du groupe, il subsiste une forme un blocage aux nécessaires évolutions, et surtout que des administrateurs et managers en charge puissent admettre, sans autre réaction, que des décisions importantes prises dans des structures faisant partie intégrante du groupe, leur échappent totalement", indique la Ministre

"Comme je l’ai indiqué à diverses reprises, le décret gouvernance rétablit chacun des protagonistes dans sa sphère de compétences. Aujourd’hui, le conseil d’administration de Publifin est en mesure de demander des comptes à Nethys et à ses filiales, et de s’opposer à de telles désignations. Je ne comprendrais pas que les administrateurs continuent à subir de telles décisions et ne les remettent pas en question. Je ne comprendrais pas non plus qu’ils ne se décident pas à simplifier drastiquement la structuration du groupe", poursuit Valérie De Bue.

La Ministre rappelle qu’en tout état de cause, elle exercera ses responsabilités et son pouvoir de tutelle. "Je rejetterai toute composition du conseil d’administration de Publilec qui présentera des personnes impliquées dans le scandale Publifin", souligne Valérie De Bue en fin de communiqué.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK