La ministre de la Défense proposera Michel Jaupart comme directeur général du War Heritage Institute

Michel Jaupart est directeur général ad interim du War Heritage Institute.
Michel Jaupart est directeur général ad interim du War Heritage Institute. - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, a annoncé mercredi qu'elle proposerait au gouvernement la nomination définitive du directeur général ad interim du War Heritage Institute (WHI, le parastatal de la Défense dédié à la conservation du patrimoine historico-militaire et à la mémoire) à la tête de cette institution, s'attirant des critiques de l'opposition flamande.

"J'ai choisi de proposer M. Jaupart au conseil des ministres comme futur directeur général du WHI", a-t-elle affirmé en commission de la défense de la Chambre, en réponse à des questions des députés Theo Francken (N-VA), Annick Ponthier (Vlaams Belang) et Jasper Pillen (Open Vld).

Mme Dedonder (PS) a retracé le déroulement de la procédure de sélection menée depuis août 2018 par le Selor (le bureau de sélection du gouvernement fédéral), expliquant notamment qu'en cours de route le conseil d'administration du WHI avait laissé tomber des exigences initiales en matière de diplôme et linguistiques.

Des vingt candidats qui s'étaient manifestés, neuf néerlandophones et cinq francophones ont ont été retenus dans un premier temps. Après les évaluations par le Sélor, "deux lauréats ont été retenus", a précisé la ministre, tout en admettant que les relations entre le directeur général et son conseil d'administration "n'ont pas toujours été optimales dans le passé". Elle a ajouté avoir choisi M. Jaupart après des entretiens les deux derniers candidats en lice.

Plainte chez Unia 

M. Jaupart, un francophone, dirige le WHI ad interim depuis la création de cet organisme de droit public en 2017, à l'initiative du ministre de la Défense de l'époque, Steven Vandeput (N-VA). La loi du 28 avril 2017 qui a créé cet organisme stipule qu'il doit aussi disposer d'un directeur général adjoint "de l'autre régime linguistique".

Il fait l'objet d'une plainte pour racisme auprès d'Unia, le Centre interfédéral pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, pour "incitation à la haine et au racisme contre les Flamands" pour des propos tenus sur Facebook. Mais la ministre a souligné que le dépôt d'une plainte ne constituait pas une condamnation et que la présomption d'innocente devait jouer.

Critiques de la N-VA

La ministre a également annoncé l'élaboration d'un plan d'actions stratégique pour les cinq prochaines années "qui se déroule "dans une ambiance constructive" et l'installation prochaine d'un nouveau conseil d'administration du WHI.

Dans l'opposition, l'annonce de Mme Dedonder a provoqué de virulentes critiques des députés Theo Francken et Annick Ponthier. Le député N-VA a affirmé que M. Jeaupart "n'est pas le bon candidat pour diriger le WHI", en lui reprochant "ses opinions sur les Flamands" et de "ne pas être à même de diriger" cet organisme. Il a appelé Mme Dedonder à relancer la procédure de sélection.

Mme Ponthier a abondé dans le même sens, en citant un rapport critique la Cour des comptes sur la gestion du personnel au sein du WHI publié l'an dernier, le choix de confier au musée de la base de Beauvechain un avion de transport C-130 qui sera retiré du service le mois prochain et la gestion des différents sites de l'institut. Elle aussi a plaidé pour un report de la décision de nomination d'un directeur général.

Dans la majorité, M. Pillen (Open Vld) a suggéré que le parlement demande, si nécessaire, un audit complet du fonctionnement du WHI, tout en faisant la distinction entre la nomination d'une personne et la nécessité de développer une vision et une stratégie pour ce parastatal.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK