La maman de Delphine Boël sort du silence pour "rétablir la vérité"

La mère de Delphine Boël, la fille illégitime du roi Albert II (photo), veut soutenir sa fille pour "rétablir la vérité"
La mère de Delphine Boël, la fille illégitime du roi Albert II (photo), veut soutenir sa fille pour "rétablir la vérité" - © DIRK WAEM

Sybille de Selys Longchamps, la mère de Delphine Boël, sort de sa longue réserve afin de défendre sa fille et d'expliquer la souffrance et "les discriminations" qu'elle subit. Elle explique "sa vérité" samedi dans les quotidiens Le Soir et De Standaard. Un proche de Delphine Boël témoigne pour sa part dans les pages de Sudpresse sur ce qui l'a poussée à introduire sa requête.

Sybille de Selys Longchamps veut expliquer pourquoi sa fille a introduit une action en justice pour obtenir l'ADN des membres de la famille royale et tenter de prouver qu'elle est bien la fille naturelle du roi Albert II. Dans l'interview donnée aux quotidiens Le Soir et De Standaard, elle revient sur sa vie et sur son histoire d'amour avec le Roi.

Elle souhaite surtout dévoiler ce qu'elle nomme les "discriminations" subies par sa fille et ses petits-enfants. "Delphine n'est responsable de rien. Ce fut une histoire entre deux adultes; si quelqu'un est responsable, c'est lui et moi, pas elle. Je soutiens donc ma fille dans sa démarche, après avoir essayé, depuis 2001, d'obtenir un arrangement côté jardin."

Quand leur histoire éclate au grand jour, avec la sortie du livre de Mario Danneels en 1999, la vie de Sybille de Selys Longchamps bascule. Personne ne la soutient, elle se dit alors victime d'ostracisme. La seule aide qu'on lui accorde, c'est celle du chef de cabinet du roi... qui lui conseille de cacher Delphine. "Du jour au lendemain, ma vie a basculé: j'ai été exclue socialement, surtout par tous ceux qui espéraient quelque chose du Roi".

"Le Roi ne se rend pas compte des discriminations que subit Delphine. C'est pour cela que je réagis aujourd'hui. Il y a des limites à tout. Car il y a aussi les deux enfants de Delphine, qui sont aussi les petits-enfants d'Albert." Et d'évoquer notamment l'interdiction de rencontrer des membres de la famille royale, et donc de se retrouver aux mêmes endroits.

Autres "discriminations" invoquées par la maman de Delphine : sa fille ne peut pas exposer ses œuvres la où un membre de la famille royale se rend. Elle ne peut pas fréquenter les mêmes écoles qu'eux, ni les croiser à un événement mondain. Bref, elle ne peut pas les côtoyer, même de loin, parce que la fréquenter signifierait qu'on est antimonarchiste.
 
Sybille de Selys Longchamps évoque également son histoire avec Albert, qui a duré 18 ans et qui a failli aboutir au divorce d'Albert et Paola.

"Je veux rétablir la vérité", indique-t-elle, évoquant notamment le fait que ce n'est pas le roi Baudouin qui a refusé le divorce d'Albert, mais que c'est elle seule qui a pris la décision de ne pas aller jusqu'à cette extrémité.

Selon Sybille de Selys Longchamps, Baudouin avait accepté, malgré ses convictions, et le gouvernement avait aussi donné son accord. Le divorce comportait toutefois des conditions "très très dures pour Albert", notamment sur le droit de visite de ses enfants et le fait que Sybille de Selys Longchamps n'aurait jamais eu le droit de les voir. C'est ce point qui l'a poussée à arrêter la procédure et à partir en Angleterre.

Sudpresse cite pour sa part plusieurs passages de l'autobiographie publiée il y a cinq ans par Delphine Boël mais également le témoignage de Patrick Declerck, un ami proche, qui explique que ce n'est pas l'argent qui a poussé Delphine Boël a introduire sa requête mais l'hospitalisation de sa fille.

"L'absence de son père, qui n'était pas là pour la soutenir, l'a fragilisée émotionnellement", confie-t-il, ajoutant que contrairement à ce qui a été indiqué dans la presse, elle n'a pas de problèmes d'argent.

Belga avec RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK