La mafia gangrène l'Europe, dont Bruxelles, avertit le patron italien de l'anti-mafia

Manifestation contre la mafia
Manifestation contre la mafia - © ANDREI PUNGOVSCHI - AFP

La mafia n'est pas seulement italienne mais tend à se "mondialiser" et à gangréner plusieurs pays européens, a affirmé mardi le patron de la Direction italienne anti-mafia (DIA), le général Giuseppe Governale.

"La criminalité organisée est en train de se déplacer à l'étranger, de se mondialiser", a-t-il expliqué lors d'une rencontre avec la presse étrangère à Rome.

Cosa Nostra, la mafia sicilienne, a "toujours été présente aux Etats-Unis, au Canada ou en Australie", mais la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, "l'est davantage, et sa présence est sous-évaluée alors que c'est une organisation extraordinairement puissante", a indiqué cet ancien général des carabiniers et ex-patron de son groupe d'élite, le Ros.

Les organisations mafieuses ont des référents partout dans le monde où elles agissent, dans certains ports par exemple, mais la 'Ndrangheta "tend à répliquer à l'étranger les structures implantées en Calabre", a encore dit ce général arrivé à la tête de la DIA en octobre 2017.

Chefs arrêtés

A Marseille, dans le sud de la France, a-t-il assuré, la mafia calabraise dispose de structures organisées disposant d'une certaine autonomie, et à Bruxelles, elle "n'achète pas des immeubles, mais des quartiers entiers", a-t-il encore ajouté.

Evoquant Cosa Nostra, ce général né à Palerme, en Sicile, a expliqué que cette organisation mafieuse auparavant toute puissante, à l'origine d'attentats meurtriers, était aujourd'hui "en grande difficulté sur le plan organisationnel après avoir subi des coups très durs".

La plupart de ses chefs ou de ses dirigeants d'un certain rang ont été arrêtés, à l'exception de Matteo Messina Denaro, que la DIA ne considère pas toutefois aujourd'hui comme le chef suprême de Cosa Nostra, selon son patron. La mort en prison en novembre 2017 de l'ancien chef suprême de Cosa Nostra, Toto Riina, pourrait toutefois inciter cette organisation mafieuse à en nommer un autre, a averti M. Governale.

Cosa Nostra a été affaibli, mais "malheureusement, les conditions liées à son environnement et qui permettent son développement existent encore", a-t-il reconnu.

"La mafia sera vaincue par une armée d'instituteurs", a-t-il conclu, reprenant une phrase du poète et écrivain italien Gesualdo Bufalino, mort en 1996.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK