"La Louvière-la-Neuve": Benoît Lutgen lance son projet de nouvelle ville

Benoît Lutgen lance son projet de nouvelle ville avec "La Louvière-la-Neuve"
Benoît Lutgen lance son projet de nouvelle ville avec "La Louvière-la-Neuve" - © ERIC LALMAND

Le cdH l'avait annoncé en juin dernier: il souhaite construire une ville nouvelle en Wallonie. Huit mois plus tard, le président du parti Benoît Lutgen va plus loin: il propose une localisation précise. C'est La Louvière qui a été choisie.

C'est le grand projet du cdH pour répondre au défi démographique, mais aussi aux défis environnementaux, énergétiques, de la mobilité, de l’aménagement du territoire et pour relancer l'économie en mobilisant le secteur de la construction. Et pour cela, le cdH veut faire sortir de nouvelles villes de terre.

Le centre d'étude du parti a identifié une première zone pilote à La Louvière, sur 100 hectares de friches ou de terrains inoccupés à proximité des réseaux de transport autoroutier, ferroviaire et fluvial. Benoît Lutgen, président du cdH, explique que "cette zone présente le potentiel de construction d'une nouvelle ville".

Objectif: 10 000 habitants. Financement: des fonds publics, des aides européennes et la mobilisation de l'épargne privée. Car le projet est estimé à 1 milliard et demi d'euros.

"C'est beaucoup d'argent", continue Benoît Lutgen en ajoutant que "ce sont 10 000 habitants qu'il faudrait loger ailleurs si on ne construisait pas cette ville, et ça coûterait deux fois plus cher"

Voilà pour "La Louvière-la-Neuve". Mais dans son étude, le cdH a identifié en tout neuf zones susceptibles d'accueillir de nouvelles villes ou de nouveaux grands quartiers.

Le président du cdH explique ainsi que "ça doit évidemment faire l'objet d'une concertation, d'une discussion, mais j'espère juste que chacun verra cela comme quelque chose de positif, de mobilisateur et de rassembleur".

Le cdH souhaite donc rassembler avec ses nouvelles villes. Mais les démocrates-humanistes le savent: l'aménagement du territoire, généralement, a plutôt tendance à diviser.

Le bourgmestre de La Louvière estime le projet dédaigneux

Le bourgmestre de La Louvière Jacques Gobert (PS) a réagi avec force au projet urbanistique d'une nouvelle ville sur son territoire.

Il a qualifié d'"outranciers et dédaigneux" les propos tenus par Benoît Lutgen. "Je suis heureux que le président du cdH se préoccupe de notre ville", a-t-il indiqué "Mais je ne peux tolérer que La Louvière, cinquième ville wallonne, soit considérée comme une pièce de Monopoly. Nous connaissons actuellement une densité de population de 1200 habitants/kilomètre carré alors que la moyenne wallonne est de 200. Je ne peux imaginer une ville nouvelle où il faudrait se marcher dessus pour se déplacer. L'emploi est par ailleurs un problème fondamental à La Louvière: comment donc imaginer que l'on puisse désaffecter une zone de potentiel développement économique pour y installer une cité dortoir? J'invite Benoît Lutgen à se rendre compte de notre réalité sur le terrain, à La Louvière", a conclu Jacques Gobert.

Au cdH, on dit ne pas comprendre cette réaction du bourgmestre alors qu'il n'a pas pu encore consulter l'étude présentée mercredi. "Il n'a pas compris qu'il s'agissait d'un projet économique, à travers notamment la création d'un technopole qui servira d'électrochoc à une ville dont l'économie est à bout de souffle et manque de projet. Par ailleurs, la création de logements permettra de donner de l'air aux Louviérois, y compris aux plus jeunes, avec des baux emphytéotiques", a réagi la tête de liste régionale locale François Desquennes, accessoirement chef de cabinet de Benoît Lutgen.

"Si le projet de Jacques Gobert est 'en politique, pour durer, il vaut mieux ne rien faire', ce n'est pas le nôtre", a-t-il conclu.

"La Louvière-la-Veuve" pour Olivier Destrebecq (MR), échevin louviérois et député fédéral

Olivier Destrebecq s'est exprimé à son tour, dans un communiqué publié ce jeudi matin, sur le projet du cdH à propos d'une nouvelle ville à La Louvière. Pour lui : "Lancer l’idée d’une nouvelle ville adjacente à La Louvière c’est faire la démonstration que l’on a aucune idée des réalités du terrain, ni aucune connaissance de dossiers qui animent la cité des loups. On peut d’ailleurs se demander pourquoi cette idée n’a pas été reprise dans le SDER qui est pourtant mis sur pied par l’exécutif wallon dont fait partie le cdH. Cela aurait au moins eu le mérite de l’objectivité et de la réflexion. (…) Aucun des ingrédients qui ont mené à la réussite de Louvain-la-Neuve n’est présent dans le dossier louviérois. Par ailleurs, créer une ville autosuffisante à un jet de pierre de La Louvière ne ferait qu’instaurer une concurrence malsaine entre les deux villes qui risquerait de mettre à mal la ville historique et en particulier ses commerces. Non content d’être concurrencée par Mons, Charleroi, Binche et Nivelles, La Louvière serait en plus attaquée dans ses propres murs par La Louvière la Neuve ? C’est une aberration absolue ! En outre, même si le projet prend du retard, il est un fait que la Strada verra le jour, avec son offre commerciale et ses logements. Nous n’avons pas besoin d’une nouvelle ville puisque nous mettons déjà sur pied un projet qui répond aux besoins de La Louvière ! Etant donné ces éléments, je suggère au président du cdH de rebaptiser ce projet " La Louvière-la-Veuve " car une nouvelle ville toute proche, c’est la mort assurée de la La Louvière que nous connaissons ! (…) La Wallonie doit relever des défis majeurs au niveau énergétique, économique, au niveau de la mobilité, du budget ou encore de l’agriculture. Elle n’a pas besoin d’idées aussi farfelues : un projet à 250 milliard d’euros (pour l’ensemble des " nouvelles villes "), cela correspond à environ 2/3 du PIB de la Belgique ! Cessons cette mauvaise blague qui ne fait plus rire que le cdH ! La Wallonie comporte 40 000 logements vides. Plutôt que de lancer des idées aussi " amateuristes " qu’irréalistes, donnons la priorité à la rénovation et à la réhabilitation de ces logements. "

Ecolo parle du projet " No future " du cdH

Le groupe Ecolo de La Louvière a aussi réagi par un communiqué de presse dont voici quelques extraits : " Quiconque connaît un tant soit peu la réalité louviéroise sait que le centre-ville a une densité faible en population et que les 13 Ha de la zone Boch ont vocation à devenir une zone d'habitat pour renforcer l’attractivité du centre-ville. Sortir de son chapeau un projet de ville nouvelle à Garocentre, un endroit en périphérie plus qu’indispensable pour accueillir des zones d’activités économiques, apparait comme une méconnaissance totale du potentiel économique de ce site. Pour Ecolo, la proposition du cdH ressemble fort à une opération de communication à la veille des élections qui ne prend en compte aucune des réalités de terrain de La Louvière et aucun des enjeux de la campagne régionale. Ce dont les Louviérois ont besoin, ce sont des d'opportunités d'emplois alors que, paradoxalement, la localisation du projet humaniste (les 139 ha de Garocentre Sud) est le seul site sur l’entité de La Louvière où l’on peut espérer voir s’installer un pôle d’entreprises porteuses d’emplois. Au delà du contenu du projet, c'est la méthode qui surprend. Ce projet de ville nouvelle a été rendu public, sans la moindre consultation des habitants, des institutions, des opérateurs économiques et sociaux et ne tenant aucunement compte des études récentes menées en la matière. Historiquement, ce sont les pôles d'activités qui ont fait les villes. Pas l'inverse, n'en déplaise au cdH. "

Rudy Hermans, Belga, RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK