La grève dans les prisons en voie d'être suspendue, décision finale mardi midi

Vers une sortie de crise dans les prisons: un compromis est sur la table
Vers une sortie de crise dans les prisons: un compromis est sur la table - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

S’achemine-t-on vers une levée de la grève dans les prisons ? C’était possible., c'est désormais probable. Après trois heures de discussions, le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), a réussi, ce lundi, à s'entendre avec les syndicats sur une version définitive de l'avant-projet de loi visant à instaurer un service minimum dans les prisons en cas de grève prolongée. Un texte de compromis est sur la table.  Le mot "réquisition" disparaît et d'autres mesures d’aménagement sont prévues comme le confirmait Claudine Coupienne, représentante CSC:

Le mouvement de grève dans les prisons devrait être suspendu mardi/demain à 22h00, ont indiqué lundi Michel Jacobs, secrétaire fédéral de la CGSP-Amio, et Claudine Coupienne, secrétaire permanente CSC-Services publics, sur la base des premières décisions communiquées par les assemblées générales des prisons."Il semblerait que le mouvement va effectivement se suspendre. C'est en ce sens que vont les réponses de Leuze-en-Hainaut, Nivelles, Ittre, Jamioulx...", a précisé M. Jacobs à l'agence Belga. La CSC a reçu quant à elle 25% des réponses (Andenne, Tournai, Marneffe, Forest...), toutes favorables à une suspension. "Au total, 50% des prisons sont pour une reprise", a ajouté Claudine Coupienne.

Les organisations ont désormais jusqu'au 26 juillet pour apporter leurs remarques

La décision finale devrait être confirmée mardi midi. Le conflit social qui paralyse les prisons depuis fin juin est né du projet du gouvernement d'instaurer un service garanti dans les prisons. Les syndicats ont reçu l'avant-projet de loi lundi matin lors de la réunion prévue entre ceux-ci et le ministre de la Justice Koen Geens, une rencontre jugée "constructive" par les deux parties. Le texte a été présenté aux délégués de chaque établissement lundi après-midi et des assemblées générales devaient être organisées pour décider de la suite des actions. Les organisations ont désormais jusqu'au 26 juillet pour apporter leurs remarques. Ensuite, la CGSP et la CSC rencontreront leurs délégués pour récolter leurs réactions. Enfin, une rencontre aura à nouveau lieu avec le ministre dans la semaine du 20 août. 

Les syndicats ont jusqu'au 26 juillet pour formuler leurs remarques. et de nouvelles négociations sont prévues pour la fin du mois d'août. L'instauration de ce service minimum en cas de grève dans les prisons est ce qui a mis le feu aux poudres il y a 20 jours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK