La globalisation, thème central de la Fête du Roi

La globalisation, thème central de la Fête du Roi
La globalisation, thème central de la Fête du Roi - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le thème de la globalisation sera au centre des festivités qui ont eu lieu à l'occasion de la Fête du Roi ce 15 novembre, jour de la Saint-Léopold. La journée a débuté comme de coutume par le traditionnel Te deum célébré en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles. L'événement a été suivi par un volet civil au parlement fédéral pendant l'après-midi, dont le thème retenu cette année est "Vivre dans un monde globalisé".

Après le Te deum, place à la cérémonie civile

Les présidents de la Chambre et du Sénat, Siegfried Bracke et Christine Defraigne, ont accueilli environ 200 personnalités au Palais de la Nation. Parmi celles-ci figureraient le roi Albert II et la reine Paola, la princesse Astrid et le prince Lorenz, le prince Laurent ainsi que les députés et les sénateurs. Cette cérémonie civile, instaurée par la coalition arc-en-ciel en 2001, a eu lieu cette année au Sénat.

Les gouverneurs des provinces ont invité les personnes impliquées dans la globalisation, a-t-on appris auprès des services du Sénat. Il s'agissait dans ce cadre de jeunes actifs au sein des mouvements de jeunesse et qui entretiennent par ce biais des contacts avec des jeunes d'autres pays ou bien d'étudiants qui ont étudié à l'étranger dans le cadre du programme Erasmus.

Différentes activités au programme

Figuraient également au programme, un concert de carillon, une séance photo sur l'escalier d'honneur du Sénat, la signature du Livre d'Or par la Famille royale dans le péristyle, des discours ainsi qu'une chorégraphie dans l'hémicycle du Sénat. Les musiciens Patrick Riguelle, Jan Hautekiet et Benjamin Schoos se sont chargés de l'accompagnement musical. L'hymne européen a été exécuté par la musique de la Force aérienne. Albert et Paola ont également visité une exposition consacrée au résistant et journaliste Arthur Haulot dans la salle de lecture du Sénat. A noter que le couple régnant ne participe jamais aux festivités du 15 novembre.