La fusillade au Musée juif suscite énormément de réactions

L'attentat au Musée juif de Bruxelles suscite un flot de réactions
L'attentat au Musée juif de Bruxelles suscite un flot de réactions - © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Dès l'annonce de l'attentat au Musée juif de Bruxelles, les réactions ont été extrêmement nombreuses. L'événement frappe les esprits, d'autant plus à la veille d'élections importantes.

Plusieurs responsables politiques ont rapidement réagi samedi après la fusillade qui s'est déroulée au Musée juif de Belgique et à la suite de laquelle trois personnes ont perdu la vie et une autre a été grièvement blessée.

Le roi Philippe s'est dit "indigné" samedi soir, indique le Palais dans un communiqué : "Le Roi a appris avec consternation la fusillade qui a eu lieu cet après-midi au Musée juif de Belgique. Il présente ses condoléances aux proches des victimes. Le Roi est indigné par cet acte de violence qui touche de très près la communauté juive".

"Un choc, une colère et une tristesse immense", ont commenté les co-présidents d'Ecolo Emily Hoyos et Olivier Deleuze. On ignore encore s'il s'agit d'un acte anti-sémite. "Il s'agit quoi qu'il en soit d'un acte barbare et incompréhensible", poursuivent les co-présidents d'Ecolo.

"Abasourdi et choqué par la fusillade", le président du PS Paul Magnette espère que les autorités du pays pourront rapidement retrouver le ou les auteurs de cet acte "odieux" et souhaite exprimer toute sa solidarité à la communauté juive.

Condamnant fermement un acte "lâche et meurtrier", Benoît Lutgen, président du cdH, s'est dit "profondément choqué par les événements tragiques".

Olivier Maingain, le président du FDF, a souhaité manifester à la communauté juive sa solidarité, dont il partage la vive préoccupation quant à la montée de l'antisémitisme en Belgique. Qualifiant la fusillade d'attentat abject, il considère que, "plus que jamais, les autorités doivent se mobiliser pour prévenir et sanctionner tous les actes d'antisémitisme qui menacent les valeurs essentielles de notre démocratie".

Sur le réseau social Twitter, et à l'instar de tous les responsables politiques, le Premier ministre Elio Di Rupo, qui s'est rendu samedi en fin d'après-midi sur les lieux de la fusillade, et le président du MR Charles Michel se sont dits "choqués" par les événements et ont présenté leurs condoléances et pensées aux familles des victimes et à leurs proches.

Au nom de la Chambre des Représentants dont il est le président, André Flahaut a également présenté ses condoléances aux familles des victimes. Il exprime son soutien à l'ensemble de la communauté juive de Belgique et "souhaite que toute la lumière soit faite le plus rapidement possible sur ces faits atroces".

La ministre de l'Intérieur et de l'Egalité des chances Joëlle Milquet a également tenu à exprimer toute son émotion et son indignation suite à cette "fusillade assassine". "Ses premières pensées vont à ces victimes innocentes, à leur famille, à leurs proches et amis", indique-t-elle.

La ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles Fadila Laanan (PS) se dit particulièrement choquée. "Nous souhaitons maintenir l'accessibilité des lieux culturels, mais sans doute va-t-on devoir également repenser la sécurité de ces lieux. Je suis toujours ébranlée quand je vois des policiers devant les écoles juives. Est-ce que c'est vraiment ce Bruxelles-là qu'on veut ?", s'interroge-t-elle.

Louis Michel condamne, lui, "avec la plus grande vigueur" la fusillade et partage "l'horreur et la douleur suscitées par ces crimes innommables" avec la communauté juive. "L'intolérance, le racisme ou l'antisémitisme n'ont pas leur place dans notre pays", affirme le député européen.

Réactions à l'étranger

Outre les nombreuses personnalités politiques présentes sur les lieux, les réactions sont également venues de l'étranger. Les médias internationaux ont en effet très rapidement couvert les événements au centre de Bruxelles.

Dans un communiqué diffusé samedi soir, le président François Hollande exprime "sa vive émotion et condamne avec la plus grande force la tuerie effroyable intervenue au Musée Juif de Bruxelles". Le chef d'Etat ajoute qu'il "exprime l'entière solidarité de la France au peuple belge dans cette épreuve et adresse ses profondes condoléances aux familles des victimes".

Le président du Congrès juif mondial, Ronald S. Lauder, a fermement condamné, dans un communiqué, "l'acte haineux et terroriste" perpétré samedi après-midi au Musée juif de Belgique, à Bruxelles. Il appelle les autorités européennes à mieux lutter contre l'antisémitisme en Europe et à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité sur tous les lieux liés aux intérêts juifs. "Deux ans après la tragédie de Toulouse et à la veille des élections européennes, cet acte terroriste ravive le spectre des menaces auxquelles les juifs font face en Europe. Il est d'une importance capitale que les autorités belges fassent tout leur possible pour arrêter les auteurs de cet acte odieux afin de les traduire en justice au plus vite", affirme M. Lauder.

A l'adresse des autorités européennes, le président du Congrès juif mondial a ajouté que la sécurité des Juifs en Europe devait être traitée comme une absolue priorité dans les semaines à venir. "La communauté juive mondiale est en deuil et pleure les victimes innocentes qui ont perdu la vie samedi lors de la fusillade perpétrée dans le Musée juif de Belgique, à Bruxelles. Les autorités doivent désormais oeuvrer ensemble afin qu'une telle tragédie ne se reproduise plus, en augmentant, s'il le faut, le niveau de sécurité sur tous les sites liés aux intérêts juifs. Dans le cas contraire, d'autres personnes auront encore tout le loisir de commettre de tels crimes", a conclu M. Lauder.

Belga

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK