La frégate belge le Léopold 1 escortera peut-être un navire américain

La frégate belge le Léopold 1 escortera peut-être un navire américain
La frégate belge le Léopold 1 escortera peut-être un navire américain - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La frégate "Léopold 1" de la Marine appareille dimanche soir de Zeebrugge pour effectuer une très probable double mission de plusieurs mois - la lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes et l'escorte en Méditerranée d'un navire américain chargé de la neutralisation des armes chimiques syriennes -, a-t-on appris mardi de sources militaires.

Ce sera la troisième mission opérationnelle du "Léopold", qui a déjà pris part à deux reprises au volet naval de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) depuis son rachat, tout comme une seconde frégate, le "Louise Marie", aux Pays-Bas en 2008-2009.

Et ce sera pour la Marine belge la quatrième participation à l'opération anti-piraterie Atalanta de l'Union européenne dans l'océan Indien, après les trois à mettre au compte du "Louise Marie", en 2010-2011, 2011-2012 et 2012-2013.

La participation du "Léopold" et de son équipage d'environ de 170 personnes à Atalanta entre septembre et décembre, planifiée de longue date, est sûre et certaine. Mais la mission d'escorte du navire américain "MV Cape Ray", qui a entamé début juillet "quelque part en Méditerranée" l'opération inédite de neutralisation des agents chimiques les plus dangereux du régime de Bachar al-Assad, n'est pas encore définitivement confirmée. "Elle dépend de la durée" des opérations de neutralisation - estimée à environ deux mois -, menées à bord de ce cargo roulier spécialement aménagé pour l'occasion, a indiqué mardi un responsable militaire à l'agence BELGA.

Si elle se concrétise, avec une décision finale attendue le 22 août, la mission d'escorte du "Cape Ray" devrait durer au maximum trois semaines, comme autorisé par le gouvernement. Il s'agira de la première participation belge à l'opération de destruction de l'arsenal chimique syrien, supervisée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

La Syrie a évacué un total de 1300 tonnes d'agents chimiques. Seuls les éléments les plus dangereux, dits de "priorité Un" et entrant dans la composition du gaz moutarde et du sarin, sont détruits à bord du "Cape Ray".

Les experts américains à bord de ce navire ont jusqu'à présent "neutralisé plus de 25%" d'un agent chimique utilisé dans la fabrication du gaz sarin, selon le Pentagone, le colonel Steven Warren.

Sur les quelque 581 tonnes de cet agent à bord du navire, près de 147 tonnes ont ainsi été détruites.

Le navire transporte également plus de 19 tonnes de gaz moutarde, qui n'a pas encore été neutralisé.

D'autres agents chimiques de la Syrie sont détruits à terre dans des bâtiments spécialisés en Grande-Bretagne, en Finlande et aux Etats-Unis.

Au total, environ 31%, soit 411 tonnes, de différents agents chimiques ont été neutralisés jusqu'à présent dans le cadre des efforts combinés de plusieurs pays, selon l'OIAC), l'agence internationale qui supervise les opérations.

Après cette probable mission d'escorte, le Léopold mettra le cap sur l'océan Indien via le canal de Suez et la mer Rouge pour lutter contre la piraterie au large des côtés somaliennes, qui durera jusque début décembre, avec un retour à Zeebrugge prévu "avant les fêtes" de fin d'année, selon une source militaire.

Il embarquera un hélicoptère de type Alouette III, les nouveaux NH90 n'étant pas encore déclarés opérationnels.

L'opération Atalanta, lancée en décembre 2008, vise à protéger les navires du PAM et de l'Amisom (la Mission de l'Union africaine en Somalie qui contribue à renforcer l'autorité du gouvernement de Mogadiscio) acheminant de l'aide alimentaire destinée aux réfugiés en Somalie, mais aussi de protéger les autres navires "vulnérables" et de dissuader les actes de piraterie en patrouillant dans les zones à risque - une zone de l'océan Indien de deux millions de km2, vaste comme l'Europe.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir