La fraude et sa régularisation coûtent jusqu'à 1,8 milliard

RTBF
RTBF - © RTBF

Il manque entre 909 millions et 1,8 milliard d'euros au Trésor public depuis 2006, notamment en raison de la régularisation à des taux préférentiels d'argent noir, affirme la députée Meyrem Almaci (Groen!) dans une interview au quotidien De Tijd.

La parlementaire en impute la responsabilité au ministre des Finances Didier Reynders.

Selon une lettre d'information transmise cette semaine aux membres de la Commission des Finances de la Chambre par un bureau d'avocats, il apparaît que la plupart des fraudeurs bénéficient d'un taux de régularisation "d'à peine 5,4%", soit moins qu'à l'époque de la déclaration libératoire unique qui prescrivait des taux entre 6 et 9%.

La députée Meyrem Almaci a calculé que "cette situation a déjà coûté 909 millions d'euros au Trésor public depuis 2006". Mais, ajoute-t-elle dans le Tijd, si on ajoute à cela les revenus au noir provenant notamment d'obligations et d'actions, "le montant atteint 1,8 milliard d'euros qui échappe au Trésor public".

La parlementaire écologiste estime cela "dégoûtant", singulièrement en période de crise. Elle pointe du doigt la politique menée par le ministre des Finances Didier Reynders et les deux secrétaires d'Etat chargés de la Lutte contre la Fraude, Bernard Clerfayt et Carl Devlies.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK