La fonction publique grippée à cause des affaires courantes

Manifestation pour la Belgique
Manifestation pour la Belgique - © BRUNO FAHY (archives belga)

A ce jour, 568 nominations dans la fonction publique sont bloquées faute de gouvernement de plein exercice, rapporte La Libre Belgique lundi.

Le SPF Economie, les Finances et la Chancellerie du premier ministre attendent par exemple la nomination de leur grand patron. Mais le blocage des nominations touche toutes les couches de l'administration. "Avant les affaires courantes, il y avait déjà une politique de non remplacement: sur cinq départs, seuls trois fonctionnaires étaient remplacés", explique Roland Vansaignele, secrétaire général de la CGSP-Administrations.
A La Louvière, par exemple, l'administration des finances fonctionne avec douze personnes au lieu de 25. Souvent, les noms des remplaçants sont connus, car ils ont réussi les examens du Selor, le bureau fédéral de recrutement. Mais il manque la signature d'un ministre de plein exercice, habilité à contre-signer l'arrêté royal qui officialise les nominations.
Dans d'autres secteurs aussi, on s'inquiète. Le monde scientifique voit ainsi partir à l'étranger de nombreux chercheurs très compétents, lassés de l'incertitude qui pèse sur l'avenir des pôles d'attraction interuniversitaires (PAI). La sixième phase de ces PAI, financés par le fédéral, vient à échéance à la fin de l'année et la décision de les prolonger n'a pas encore été prise.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK