La Flandre et les Pays-Bas vont collaborer dans la lutte contre la pénurie d'enseignants

La Flandre doit recruter chaque année entre 5.000 et 7.000 enseignants d'ici 2024
La Flandre doit recruter chaque année entre 5.000 et 7.000 enseignants d'ici 2024 - © MICHAEL MATHES - AFP

La Flandre et les Pays-Bas examineront ensemble dans un groupe de travail la manière dont ils peuvent remédier à la pénurie d'enseignants. La lutte contre ce phénomène est l'un des accords conclus lundi au sommet néerlando-flamand de Middelburg, en Zélande. Lors de ce sommet, le ministre-président flamand Geert Bourgeois et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte ont également discuté du Brexit et franchi une nouvelle étape dans le dossier du Rhin d'acier, la connexion ferroviaire de fret entre le port d'Anvers et la région allemande de la Ruhr.

Tous les deux ans, les gouvernements flamand et néerlandais se rencontrent pour examiner un certain nombre de dossiers transfrontaliers et renforcer leur coopération. Un quatrième sommet a eu lieu lundi sur le site de l'abbaye de Middelburg.

L'un des dossiers concrets sur lequel la Flandre et les Pays-Bas ont convenu de travailler plus étroitement concerne la pénurie d'enseignants. Cette pénurie constitue un problème tant en Flandre qu'aux Pays-Bas. Par exemple, selon la ministre flamande de l'Education, Hilde Crevits, la Flandre doit recruter chaque année entre 5.000 et 7.000 enseignants d'ici 2024. Son homologue néerlandaise, Ingrid van Engelshoven, prévoit pour sa part un déficit de 3.000 enseignants à temps plein dans l'enseignement primaire en 2020. Les ministres ont dès lors décidé de créer un groupe de travail officiel sur le sujet.

Brewit, climat et Rhin d'acier

Le dossier du Rhin d'acier est également revenu sur la table. Ce projet de liaison ferroviaire entre le port d'Anvers et la Ruhr allemande progresse depuis plusieurs années. Début 2018, le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts avait espéré une avancée décisive après la publication d'une étude détaillant l'itinéraire optimal. Lors de ce sommet, il a été convenu que la Flandre et les Pays-Bas participeraient au groupe de travail international que le gouvernement fédéral allemand souhaite créer. L'objectif est que ce groupe examine la réalisation concrète de ce projet ferroviaire.

Geert Bourgeois et Mark Rutte ont également discuté des objectifs climatiques et du Brexit. L'Université de Gand et le Campus Zeeland ont aussi signé une lettre d'intention sur la coopération en matière de recherche maritime.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK