La fin de l'union des francophones en périphérie bruxelloise?

La fin de l’union des francophones en périphérie bruxelloise ?
La fin de l’union des francophones en périphérie bruxelloise ? - © Tous droits réservés

Lors des dernières élections communales, on a assisté à un nouveau phénomène dans la plupart des 6 communes à facilités de la périphérie bruxelloise (Drogenbos, Linkebeek, Kraainem, Rhode-Saint-Genèse, Wemmel et Wezembeek-Oppem) : un morcellement de l’union des francophones. Jusqu’à présent, en général, les partis francophones se présentaient unis sur une même liste ce qui leur offrait souvent de confortables majorités. Cette fois, pourtant, ça n’a pas été le cas partout, à Linkebeek et Kraainem particulièrement, on a assisté à une division des partis francophones ce qui a eu pour conséquence de totalement rebattre les cartes.

Contrairement aux échevins des communes bruxelloises, les échevins des communes à facilités sont élus directement, ce qui doit théoriquement permettre une représentation des minorités dans les collèges. Sauf qu’avec la désunion des partis francophones, on en arrive à certaines situations étranges comme à Kraainem où la majorité ne dispose désormais que de 2 échevins alors que l’opposition en a 3. A Linkebeek l’emblématique ex-bourgmestre non nommé, le MR Damien Thiéry, se retrouve échevin dans l’opposition et affirme que la majorité  sera désormais l’otage des conseillers communaux flamands pour les questions communautaires.

L’union des francophones a-t-elle vécu dans les communes à facilités ? Ces communes seront-elles ingouvernables suite à cette nouvelle configuration ? Quel impact aura le morcellement des partis francophones sur les questions communautaires ?

Débats Première 100% Bruxelles organise un débat ce vendredi autour de ces questions avec Bertrand Waucquez (Kraainem-Unie), bourgmestre désigné de Kraainem, Damien Thiéry (MR), échevin de l’opposition à Linkebeek, Sophie Rohonyi, présidente DéFI pour la périphérie, Philippe Carlot, journaliste RTBF.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK