La FGTB rêve d'une coalition PS-PTB-Ecolo en 2019, et a entamé une série de rencontres en ce sens

Thierry Bodson, leader de la FGTB wallonne
Thierry Bodson, leader de la FGTB wallonne - © MICHEL KRAKOWSKI - BELGA

"Les partis de gauche doivent s’entendre sur certaines priorités qui les rassemblent, et arrêter de se focaliser sur ce qui les divise".

Le secrétaire général de l’aile wallonne de la FGTB était déjà remonté contre le gouvernement fédéral, il l’est désormais aussi contre le nouveau tandem wallon. Il avait un parti dans le viseur, il en a maintenant deux en ligne de mire.

"Le cdH n’est pas au centre, parce que le centre n’existe pas en politique", analyse Thierry Bodson. "Cette coalition MR-cdH est simplement très à droite, en matières économique, fiscale, sociale, et également au niveau de la concertation. Elle ne correspond pas du tout à la sociologie wallonne".

A court terme, pour dire tout le mal qu'il pense des gouvernements Michel et Borsus et de leurs mesures annoncées, le syndicat pourrait bien faire monter la température dans les rues cet automne.

A plus long terme, lors des élections de 2019, la FGTB rêve déjà d’un retour de balancier très à gauche.

Tripartite rouge et verte

"Dans moins de 2 ans, il faudra absolument privilégier une alliance entre le PS, le PTB et Ecolo", poursuit Thierry Bodson. "Si arithmétiquement c’est possible, les travailleurs ne comprendraient pas que ces 3 partis ne s’entendent pas pour former une telle majorité".

Des propos qu'il avait déjà tenus dans le Grand oral de samedi dernier

"On verra la réponse des trois partis mais notre message, ce que nos affiliés, nos délégués et nos permanents nous disent, c’est que s’il y a une majorité de parlementaires PS, PTB, Ecolo qui sort des élections en 2019, ce doit être la priorité en termes de mise en place d’un gouvernement" avait-il déclaré sur la Première.

Pour que son rêve devienne réalité, le syndicat a entamé une sorte de "médiation". Des rencontres sont programmées avec les présidents et principaux cadres de ces partis.

"On ne veut pas se scotcher à l’un ou à l’autre. La base de travail, c’est notre programme, explique Thierry Bodson. On leur explique nos priorités. Et on leur demande de s’engager à les défendre en campagne, mais surtout lorsqu’ils seront au pouvoir".

Un front de gauche, plus large que l’action commune socialiste, est-il en train de naître ? On en est encore loin. Le PS, le PTB et Ecolo ne se sont pas toujours épargnés ces derniers mois. Et en effet, ils se sont souvent plutôt focalisés sur leurs divisions. A l'image du paysage politique francophone dans son ensemble...

@RudyHermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir