La fête de la communauté flamande à l'ombre des Diables rouges

Les drapeaux belges trônent sur la grand place d'Anvers
3 images
Les drapeaux belges trônent sur la grand place d'Anvers - © Tous droits réservés

Dans ce contexte de liesse noir jaune rouge, on en oublierait presque que ce mercredi 11 juillet c’est la fête de la Communauté flamande.  Et pourtant, les couleurs de la Flandre ne sont pas particulièrement visibles en ce moment. Sur la grand place d'Anvers, à part les habituels drapeaux flamands de l'hôtel de ville, c'est bien la bannière belge qui décore les fenêtres des bistros et des maisons. De quoi surprendre, même un philosophe, spécialiste de la politique comme Philippe Van Parijs : "j’étais à Anvers, donc dans la ville de Bart De Wever, là où s’est développé le Vlaams Belang. C’était inondé de drapeaux belges. Alors que je m’attendais à voir des drapeaux flamands, la seule "fausse note" que j’ai vue, c’est un drapeau anglais. J’étais aussi devant un café, avec une petite dame bien anversoise, toute les nappes étaient aux couleurs de la Belgique avec une mention Proud to be Belgian. "

 

Des images qui tranchent avec les habitudes, c'est certain. Mais pour le politologue anversois, Dave Sinardet, on ne peut pas non plus parler d'une soudaine poussée nationaliste belge de la part des Flamands: "Je ne crois pas que c’est un nouveau phénomène en Flandre. Quand on voit les études que nous avons menées sur l’identité en Belgique, 90% des Flamands se sentent belges, qu’il y ait du foot ou non. Et la grande majorité se sent d’abord Belge avant d'être Flamand. C’est une image fausse de penser que tous les Flamands sont des nationalistes, antibelges. Donc ce qui se passe aujourd'hui, c’est plus une émanation de quelque chose qui existe déjà, plutôt qu'un nouveau phénomène."

Geert bourgeois maintient son agenda, Theo Francken s'adapte

Si l'équipe nationale belge est dans toutes les têtes, cela risque-t-il pour autant d'éclipser la fête de la Flandre ? Les festivités officielles sont maintenues. Le 10 juillet, soit le soir du match contre la France, le ministre-président flamand Geert Bourgesois (N-VA) prononcera son traditionnel discours à Courtrai vers 18h30, suivi d’une réception. Aujourd’hui, Geert Bourgeois a même déjà prononcé un discours devant les membres du corps diplomatique, très orienté sur des thématiques internationales. Hasard ou choix, aucun mot par contre dans cet exposé sur le succès de l’équipe nationale de football…  Depuis le début de la coupe du monde, les membres de la N-VA se sont d’ailleurs tous montrés plutôt discret sur le sujet.

Plus pragmatique, Theo Franken a choisi, lui, d’adapter son agenda. Il devait prononcer un discours de campagne à Genk ce 10 juillet mais a préféré l'annuler pour cause de coupe du monde.

De là à dire que la fête de la Flandre est "gâchée" par le foot, c’est aller un peu vite en besogne. Le 11 juillet, date officielle de cette fête, les politiques seront bien présents pour la réception organisée à l’hôtel de ville de Bruxelles et les discours ne devraient, comme d’habitude, pas manquer de piquant.

Un peu partout en Flandre, des événements plus populaires accueilleront les citoyens désireux de fêter leur région.  Mais c’est certain, aux balcons des maisons, les drapeaux tricolores ont largement détrôné les drapeaux flamands. A quelques exceptions près, puisque Bart De Wever a choisi d’afficher le lion de Flandre sur sa façade. Pas de malveillance là-dedans précise son porte-parole. Soucieux de ne pas rater la fête flamande, le bourgmestre d’Anvers aurait simplement mis sa bannière noir et jaune avant de partir une semaine à Singapour.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK