La Fédération Wallonie-Bruxelles va accentuer la prévention du radicalisme

Rudy Demotte et le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles annoncent le renforcement des mesures de prévention anti-radicalisme
Rudy Demotte et le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles annoncent le renforcement des mesures de prévention anti-radicalisme - © JOHN THYS - BELGA

Le Gouvernement francophone va aussi renforcer ses mesures de lutte contre les extrémismes. Dans ses compétences, soit essentiellement via des actions éducatives.

Enseignement, culture, médias, promotion sociale, aide à la jeunesse, égalité des chances. Quelques compétences qui illustrent le rôle central que peut jouer la Fédération Wallonie-Bruxelles dans la lutte, en amont, contre le radicalisme.

Beaucoup de mesures de prévention, anti-discrimination existent déjà. Mais les événements tragiques des derniers jours poussent le gouvernement à les accentuer, ou à les diversifier.

"Ça a été un choc violent qui nous a mobilisé. Nous devons tout faire pour ce qui existe soit encore plus efficace", explique le Ministre-Président Rudy Demotte (PS).

Dans les écoles

L’objectif, partout, est de déconstruire les discours radicaux, haineux, ferment de la montée des extrémismes.

Dans les écoles par exemple, où le gouvernement promet de renforcer l’offre de formations et d’outils pédagogiques centrés sur la connaissance des phénomènes de radicalisation et sur leur détection. Dans les classes, l’accent devrait aussi être davantage mis sur les dérives d’internet. Un numéro vert et un site internet spécifiques seront également proposés aux enseignants.

"Nous avons reçu les témoignages de profs qui ont éprouvé des difficultés en abordant ces débats avec leurs élèves, à propos par exemple de la liberté d’expression", indique Joëlle Milquet (cdH), ministre de l’Enseignement obligatoire. "Contrer certains discours religieux, ce n’est pas donné à tout le monde. Ça demande des arguments. Nous voulons aider les écoles, leur donner des clés pour décoder ces phénomènes".

D’autres mesures similaires seront également prises pour aider les éducateurs de rue ou les services d’aide à la jeunesse.

Un islam européen

Et puis une idée ancienne refait surface: la création d’un "Institut public de formation des cadres musulmans".

"Nous devons faire émerger un islam européen, un islam de Belgique en formant les imams, les professeurs de religion islamique, les responsables de mosquées, ceux qui font de la médiation, notamment en prison", précise Jean-Claude Marcourt (PS), en charge de l’Enseignement supérieur. "Aujourd’hui, certains imams débarquent de l’étranger sans nécessairement connaitre le français, parfois en ignorant tout du territoire sur lequel ils travaillent. Il faut vraiment mettre un terme à cette situation".

Toutes ces mesures devraient être mises en place progressivement. Et pour articuler l’ensemble, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles annonce encore la création du RAR (Réseau anti-radicalisme). Cette coupole de coordination transversale est attendue pour le début du printemps.

Rudy Hermans

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir