Minerval dans les académies: marche arrière?

La Fédération Wallonie-Bruxelles pourrait revenir sur le minerval dans les Académies
La Fédération Wallonie-Bruxelles pourrait revenir sur le minerval dans les Académies - © Tous droits réservés

La majorité PS-Ecolo-cdH en Fédération Wallonie-Bruxelles se dirige vers un abandon de sa récente décision d'imposer dès la rentrée 2014 un minerval de 17 euros à tout une série d'élèves jusqu'à aujourd'hui exemptés de droits d'inscription dans des académies de danse, musique, théâtre et arts plastiques.

Un consensus en ce sens s'est en effet dessiné mardi au sein de l'Olivier à l'occasion d'un débat en commission du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Tant le PS, Ecolo que le cdH --de même que l'opposition MR-- ont en effet mis en doute l'opportunité de cette mesure qui risque, selon eux, d'écarter à l'avenir ces élèves exemptés de droits d'inscription --des enfants de moins de 12 ans et des allocataires sociaux pour l'essentiel-- de leur seul accès à l'éducation à la culture.

Un risque jugé d'autant plus disproportionné que la mesure ne doit au mieux générer qu'un million d'euros environ de revenus par an, soit une goutte d'eau dans le budget de la Fédération.

Si l'Olivier semble d'accord pour abandonner cette mesure qui avait suscité une levée de boucliers au sein des directions d'académies, du monde syndical ainsi que de la Ligue des familles, reste maintenant à trouver un million d'euros ailleurs pour maintenir malgré tout le budget 2014 de la Fédération dans les clous.

Dans l'attente d'une solution, le débat en commission Education du Parlement a dès lors été suspendu jusque jeudi après-midi afin de trouver une mesure compensatoire. La ministre en charge des académies, Marie-Martine Schyns (cdH), est attendue jeudi avec une solution.

Le cdH, par la voix de sa cheffe de groupe Julie De Groote, en appelait toutefois mardi soir à la "solidarité" des autres ministres pour trouver l'argent.

Ses partenaires de l'Olivier se montraient néanmoins peu enclins à rogner sur leurs propres compétences, estimant plutôt qu'il revenait prioritairement à Marie-Martine Schyns de trouver cet argent sur son propre budget fort de 5,6 milliards d'euros, rappelait-on dans la majorité.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK