La délation linguistique, un nouveau sport à Overijse ?

RTBF
RTBF - © RTBF

Les autorités communales ont mis en place un bureau des plaintes. A quoi servira-t-il ? A recueillir toute information sur les commerçants qui utiliseraient une autre langue que le néerlandais pour leur communication..... Yves Leterme a réagi, il a condamné l'initiative devant la Chambre.

C'est écrit noir sur blanc dans le dernier "Overijsenaar" le journal officiel.  La commune met à disposition de ses administrés une boite-aux-lettres et adresse internet  pour les plaintes qui concernent l'usage sur son territoire d'autres langues que le néerlandais.Sont particulièrement visés, les publicités et autres folders distribués par les commerçants locaux, ainsi que les petites affiches qu'ils mettent en magasin  pour vanter la fraîcheur du poisson ou pour vendre un immeuble.Les bons citoyens, bien flamands,  sont invités à collecter un maximum d'informations comme le nom du contrevenant, l'adresse, le jour et l'heure du méfait. Ils sont priés d'apporter des preuves, par exemple,  sous la forme de photos.Saisie de cette plainte, la commune d'Overijse enverra une requête amicale aux commerces concernés, leur donnera même des conseils pour qu'ils respectent le caractère unilingue et néerlandophone de la  commune flamande. A  Overijse, un habitant sur trois est francophone.  Le FDF a donc déjà réagi.  Il  rappelle que l'emploi des langues reste totalement libre entre une entreprise et sa clientèle, dans les relations commerciales.  Le FDF s'indigne de cet appel à la délation, révélateur, pour lui,  d'une intolérance linguistique de plus en plus forte.

Le ministre Keulen dénonce cette initiative

"Aucune loi n'impose aux indépendants et aux commerçants de mettre des affiches rédigées en néerlandais. La délation est en outre condamnable", a déclaré le ministre flamand des Affaires intérieures, Marino Keulen.  Il a également rappelé que la Constitution consacre la liberté de l'emploi des langues en Belgique. La commune d'Overijse n'a donc pas le pouvoir d'interdire des affiches rédigées dans une autre langue que le néerlandais.  M. Keulen s'inquiète aussi de l'impact d'une telle initiative à l'étranger où l'image de la Flandre s'est dégradée. Selon lui, ce genre d'appel risque de "nourrir les caricatures". Le ministre se dit également outré par la délation que cet appel encourage. "L'idée de délation est condamnable, moyenâgeuse et en dessous de tout", a-t-il dit.M. Keulen enverra à la commune d'Overijse une lettre dans laquelle il lui rappellera que son initiative est contraire à la Constitution. Il convoquera en outre les autorités communales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK